首页
留瑞须知
留学登记
回国证明
国家公派
为国服务
瑞士高等教育
汉语教学
瑞士学联

教育处日常对外办公时间:

周一至周五
8:30-12:00 14:30-17:00

星期六、星期日及公共假期休息。

教育处地址:
Bersetweg 6 3073 Gümligen
大使馆地址:
Kalcheggweg 10, 3006 Bern

(国家公派留学人员办理报到手续,请打电话提前预约。)

 

  
  中华人民共和国教育部
  中华人民共和国科技部
  中国驻瑞大使馆
  国家留学基金委
  中国留学服务中心
  中国教育科研网
  神州学人
  中国教育网紧急响应组
  国家汉办
  人民日报海外版
  中国教育报
  swissinfo
  瑞士经济部职教司
  瑞士大学校长联席会议
  中国教育国际交流协会
 
 
  
  

 

【瑞士留华校友撰文(一)】北京的三年

2017-04-28

作者: 毕来德 中瑞教育



  我很难用只言片语来概括1963年到1966年在北京度过的三年光阴,以及之后发生的一切。彼时的中国早已化作了记忆,而这段留学经历却影响了我的一生,直到现在。

  我是去中华人民共和国求学的第一位瑞士留学生。在此之前,我先获得了日内瓦大学文学院的奖学金,在那里完成了两年的学业,然后赴巴黎开始学习中文。有人告诉我,如果我愿意的话可以去北京继续进修,因为中国政府先前已经派出学生在日内瓦大学翻译学院学习,同时宣布欢迎瑞士学生去中国学习交流。有一个比我年轻一点儿的瑞士学生,也来自日内瓦,几天之后他就来北京和我会合了。之后的三年里,我们再也没有见过其他瑞士留学生。

  那时候,我们在一个叫做外国留学生预备学校(北京语言大学的前身)的地方学习了一年。第二年,我们被北京大学中文系录取了,和中国学生上一样的课程。尽管我们都尽最大的努力学习,还是不得不花额外的精力做大量的温习。北大为我们每个人都安排了两位中国同学来辅导我们,虽然他们未能帮上太多忙,但还是尽其所能地帮助我们。因为我想提高我的文言文水平,于是就选修了古代文学课。学校规定,每个国家的留学生都得有一个负责人,由于我的中文相对好一些,那个和我从瑞士一起来的年轻朋友就选我当了瑞士留学生会主席。在此期间,戴高乐与中华人民共和国建立了外交关系,所以1964年有一些法国学生也来到北大学习,他们中有几位还是我在巴黎学习时的同学。这一群人当中后来走出了整整一代的法国汉学家,有的人还成为了我的朋友。

  那时候的中国完全与世界相隔绝。任何中国公民,任何中国学生,除了辅导我们的中国同学以外,都不允许与外国人有私人往来。辅导我的中国同学对外部世界几乎一无所知。当我告诉他们我不是被瑞士政府派来中国的,而是随自己的意愿而来的,他们都不相信。那时和外界的沟通比今天要难很多。机票十分昂贵,我们只能坐火车来中国。打电话又贵又麻烦,得去西单的邮政总局。我们的信件也是被查看过的。电视刚刚开始有,但是还没有名副其实的电视新闻。我能够得到外界的一些信息,是因为订阅了空运过来的《世界报》周刊,每期都能吸引不少人借阅。

  有一部分外国留学生在北京生活得很不愉快,尤其是那些被“社会主义兄弟国家”派来的学生。他们对中国不感兴趣,也不爱学中文。我不一样,身处在一个让全世界都很好奇的国家,我观察着这个极权国家(那时的中国毫无疑问曾是极权制)的运转,至少是可见的那部分的运转。由于缺乏娱乐活动,国内旅行又很受限制,我不得不专注于学习,但这也是我求之不得的。不过还有其他方面:中国的古韵还到处可见,在某些方面充满活力。我刚来中国的时候,京剧还是很受欢迎的民间艺术。北京还保持着故有的风貌,15世纪修建的城门和城墙依然矗立着。在城市的大部分地方,胡同和传统民居依然构成着卓越的城市居住形态,保留着14世纪元朝的模式。胡同里满是小孩,他们的快乐和机灵让人感到十分愉快。在很多地方,城门外就是乡下。在北京大学旁边,海淀还是一个大村落。周围满是稻田,夏夜的月光下,蟾蜍此起彼伏的叫声震耳欲聋。那时的中国人口比现在要少得多。古迹很少有人问津,或已经完全被遗忘了,像世外的天地。那时的天空十分清净明朗,尤其是冬季,由于空气干燥而产生的那种蓝色令人难以忘怀。严寒使得积雪一直呈粉末状,为了让零星的汽车能够通行,清洁工必须在早晨把路面的雪扫去。

  如今的人很难想象得出那时中国的景象:持续的政治动荡、到处可见的政治宣传、放着革命歌曲的大喇叭的嘈杂声等等,与今天的中国形成了鲜明的反差。在这里我不想提那三年里发生的政治事件,这个主题过于宏大。我只是亲眼见证了文化大革命的前兆和早期的暴力。当我1966年八月底离开北京的时候,城里的动乱已经开始了。我本来打算再回来继续学习,但是由于大学都停课了而没能实现。之后,我先后在巴黎、京都和香港学习。能够继续在国外学习,多亏了瑞士科学研究基金会的资助。可惜现在的学生只能空羡慕一下这样的资助了。幸运的是,教书是我的一个强项,让我能够继续在我选择的道路上前进。不过,作为先驱者的教学工作也是更加辛苦的。我1971年开始在苏黎世教书,从第二年开始在日内瓦教授中国历史,然后一步一步地在日内瓦大学建立了名副其实的汉学系。我于1999年提前退休,以便能够专注于我自己的研究工作。

  注:我曾经在《瑞士大学期刊》上发表了一篇更为详细的报告,见《瑞士大学期刊》1966年第六期,第366-377页。

  毕来德(Jean François BILLETER)1939年出生, 1963年至1966年先后在外国留学生预备学校(北京语言大学的前身)和北京大学留学。现为日内瓦大学荣誉教授。

Three Years In Beijing

It’s not easy to sum up in just a few words the three years I spent in Peking from 1963 to 1966, and their consequences. The China of those days no longer exists and that period of study has influenced the course of my life ever since.

I was the first Swiss student in the Peoples’ Republic of China. I had a scholarship from the Faculty of Arts at the University of Geneva, where I had completed my studies two years earlier, and had started studying Chinese in Paris. Someone told me I could continue in Beijing if I wanted to, because for some time the Chinese government had been sending students to the Faculty of Translation and Interpreting in Geneva, and had made it known that it would welcome Swiss students in exchange. A second, younger Swiss student, also from Geneva, joined me a few days later. There were no others in those three years.

We spent one year in what called the Preparatory School for Foreign Students. The following year we were admitted to the Department of Chinese at Peking University, where we took the same classes as the Chinese students, as far as we were able, though we had to do a huge amount of extra preparation. Each of us was supported by two students from our year, who had been selected to assist us, and who couldn’t help much, but did what they could. I chose the ancient literature course, because I wanted to improve my classical Chinese. As the students from each nationality had to have a representative and because I was a little more at ease in Chinese, my young friend elected me president of the Swiss group. General de Gaulle had meanwhile established diplomatic relations with China, so some French students joined us in 1964. Some of them had been my fellow students in Paris. That created a small colony, from which emerged a whole generation of French sinologists. Some of them became friends of mine.

China was completely cut-off from the rest of the world. No Chinese citizen, no university student, except those who were tasked with helping us, was allowed to have any personal relationship whatsoever with a foreigner. My helpers knew virtually nothing about the outside world. When I told them I had not been sent to China by the State, but that I had come of my own accord, they didn’t believe me. Communication with the outside world was far more difficult than it is today. Air travel was prohibitively expensive: we had to take the train. Telephoning was expensive and complicated: we had to go to the main Post Office in Xidan. Our letters were read. Television hardly existed and there was no news programme worthy of the name. I managed to get news through my subscription to the weekly ‘Le Monde’, which arrived by aeroplane. Each issue had many readers.

Some foreign students were unhappy, especially those who had been sent by fellow socialist countries and who had no personal interest either in China or the language. This wasn’t true for me. I found myself in the heart of a country which intrigued the whole world. I observed how a totalitarian regime (which at that time, it was) functioned, or at least how the visible part functioned. The lack of entertainment and the obstacles in the way of travel within the country forced me to concentrate on my studies, but I couldn’t have asked for more. There was, however, more to it than that: the past was still present there, and in some regards still alive. At the start of my stay the Beijing Opera was still a popular art form. Beijing was intact; it still had its original doors and walls, which dated back to the 15th Century. In the largest part of the city, the alleyways and traditional houses still formed a remarkable urban quarter, which had been created during the reign of the Mongols in the 14th Century. The alleyways were filled with children whose happiness and resourcefulness was a joy to behold. In many places, the countryside started right by the city gates. Next to Peking University, Haidian was a large village. All around were rice paddies, where, on summer evenings, toads croaked a deafening chorus beneath the moon. China had a far smaller population. Monuments were hardly visited or were abandoned altogether. The sky was clear, especially in winter, and of an unforgettable blue colour due to the dry air. The intense cold meant that the snow stayed powdery and had to be swept off the streets to keep them clear for the rare cars.

It is difficult to imagine today the contrast between that version of China and the political turmoil which sustained the regime, the omnipresent propaganda and the incessant noise from loud-speakers broadcasting revolutionary songs. I won't go into the political events which occurred during those three years, that’s too vast a subject. I saw the first stirrings of the Cultural Revolution and the start of the violence. It reached the city just as I left at the end of August 1966. I was supposed to return, but I wasn’t able to, as the universities had been closed. I continued my studies in Paris, Kyoto and Hong Kong. I was able to extend my studies thanks to grants from the Swiss Foundation for Scientific Research, grants which today’s students can only dream of, unfortunately. I had another advantage, which was not a given: that of being able to teach and therefore of being able to continue on my chosen path. In teaching, though, being a pioneer has been harder. I started in Zurich in 1971, taught Chinese history in Geneva the following year and there, bit by bit, created a complete course in Chinese studies. I took early retirement from the university in 1999 to concentrate on my own research.

NB: I published a more detailed report at the time in the Revue universitaire Suisse, 1966/VI pp 366-377.

Jean François BILLETER

Jean François BILLETER was born in 1993, he studied at Preparatory School for Foreign Students (predecessor of Beijing Language and Culture University) and Peking University from 1963 to 1966. He is an honorary professor in University of Geneva.



Trois ans à Pékin

Il n’est pas facile de rendre compte en peu de mots des trois années que j’ai passées à Pékin de 1963 à 1966 et de leurs suites. La Chine d’alors n’existe plus et ce séjour d’études a déterminé ma vie jusqu’à aujourd’hui.

J’ai été le premier étudiant suisse en République populaire de Chine. J’avais une bourse de la faculté de lettres de l’Université de Genève, où j’avais terminé mes études deux ans plus tôt, et j’avais commencé l’étude du chinois à Paris. Quelqu’un m’avait appris que je pouvais continuer à Pékin si je le voulais, car le gouvernement chinois envoyait depuis quelque temps des étudiants à l’École d’interprètes de Genève et faisait savoir qu’il accueillerait volontiers des étudiants suisses en contrepartie. Un second étudiant suisse, plus jeune, de Genève lui aussi, m‘a rejoint quelques jours plus tard. Il n’y en a pas eu d’autres pendant les trois ans dont je parle.

Nous avons passé un an à ce qui s’appelait alors l’École préparatoire pour étudiants étrangers. Nous avons été admis l’année suivante au département de chinois de l’Université de Pékin où nous suivions les mêmes cours que les étudiants chinois, dans la mesure de nos possibilités et au prix d’un gros travail de préparation. Nous étions chacun secondé par deux étudiants de notre volée qui avaient été désignés pour nous assister et qui ne pouvaient pas nous aider beaucoup, mais faisaient ce qu’ils pouvaient. J’ai choisi le programme de littérature ancienne parce que je voulais progresser en langue classique. Commeles étudiants de chaque nationalité devaient avoir un responsable et que j’étais un peu plus à l’aise en chinois, mon jeune ami m’a élu président du groupe suisse. Le général de Gaulle ayant établi entretemps des relations diplomatiques avec la Chine, des étudiants français sont venus se joindre à nous en 1964. Certains avaient été mes camarades à Paris. Cela a créé une petite colonie dont est sortie toute une génération de sinologues français. Certains sont devenus des amis.

La Chine était un pays complètement coupé du monde. Aucun citoyen chinois, aucun étudiant de l’université, hormis ceux qui étaient chargés de nous aider, n’était autorisé à avoir des relations personnelles avec un étranger. Mes aides ne savaient presque rien sur le monde extérieur. Lorsque je leur disais que je n’avais pas été envoyé en Chine par l’État, mais que j’étais venu de mon propre chef, ils ne me croyaient pas. La communication avec le monde extérieur était beaucoup plus difficile qu’aujourd’hui. Les voyages en avion étaient hors de prix, il fallait prendre le train. Téléphoner était cher et compliqué, il fallait se rendre à la poste centrale de Xidan. Nos lettres étaient lues. La télévision commençait à peine et il n’y avait pas de téléjournal digne de ce nom. J’avais quelques nouvelles parce que j’étais abonné au Monde hebdomadaire, qui arrivait par avion. Chaque numéro avait de nombreux lecteurs.

Certains étudiants étrangers étaient malheureux, notamment ceux qui étaient envoyés par des pays socialistes « amis » et n’avaient d’intérêt ni pour la Chine, ni pour le chinois. Ce n’était pas mon cas. Je me trouvais au cœur d’un pays qui intriguait le monde entier. J’observais le fonctionnement d’un régime totalitaire (la Chine l’était, à l’époque), ou du moins à une partie visible de ce fonctionnement. L’absence de divertissements et les obstacles mis aux déplacements dans le pays m’obligeaient à me concentrer sur mes études, mais je ne demandais pas mieux. Mais il y avait autre chose : le passé était encore présent, et à certains égards encore très vivant. Au début de mon séjour, l’opéra de Pékin était encore un art populaire. Pékin était intacte, elle avait ses portes et ses murs, qui dataient du 15e siècle. Dans la plus grande partie de la ville, les ruelles et les demeures traditionnelles formaient encore un habitat urbain absolument remarquable conçu sous les Mongols, au 14e siècle. Les ruelles étaient remplies d’enfants dont la gaieté et la débrouillardise faisaient plaisir à voir. En bien des endroits, la campagne commençait aux portes de la ville. À côté de l’Université de Pékin, Haidian était un grand village. Des rizières s’étendaient alentours, où les crapauds faisaient un bruit assourdissant les soirs d’été, sous la lune. La Chine était beaucoup moins peuplée. Les monuments étaient peu visités ou tout à fait l’abandon, ils semblaient hors du temps. Aux tombeaux des Ming, il n’y avait personne. Le ciel était pur, surtout en hiver, d’un bleu inoubliable à cause de la sécheresse de l’air. Le froid intense faisait que la neige restait poudreuse et qu’il fallait la balayer pour dégager les routes où passaient de rares voitures.

Il est difficile d’imaginer aujourd’hui le contraste entre cette Chine-là et l’agitation politique qu’entretenait le régime, la propagande partout visible, le bruit que faisaient les haut-parleurs diffusant des chants révolutionnaires. Je ne dirai rien ici des événements politiques qui se sont produits pendant ces trois ans, c’est un trop grand sujet. J’ai assisté aux prodromes de la révolution culturelle et au début des violences. Le désordre gagnait la ville lorsque je l’ai quittée à la fin du mois d’août 1966. Je devais revenir, mais cela n’a pas pu se faire parce que les universités ont été fermées. J’ai poursuivi mes études à Paris, à Kyoto et à Hong Kong. J’ai pu faire ces longues études grâce au soutien du Fonds national, un soutien dont les étudiants actuels ne peuvent que rêver, hélas. J’ai ensuite eu l’autre avantage, qui n’était nullement assuré d’avance : celui de pouvoir enseigner, et donc de poursuivre dans la voie choisie. Dans l’enseignement, toutefois, le rôle de pionnier a été moins facile. J’ai commencé à Zurich en 1971, enseigné l’histoire chinoise à Genève à partir de l’année suivante, puis créé à Genève, par étapes, un enseignement complet d’études chinoises. J’ai quitté l’université de façon anticipée en 1999 pour pouvoir me consacrer à mes propres travaux.

Note : J’ai publié à l’époque un compte rendu plus détaillé dans la Revue universitaire suisse, 1966/VI, p. 366-377.

Jean François BILLETER

M. Jean François BILLETER est né en 1939. Il a étudié de 1963 à 1966 à l’École préparatoire pour étudiants étrangers (actuellement l’Université des langues et des cultures de Beijing), puis à l’Université de Beijing. Il est professeur honoraire de l’Université de Genève.

浏览次数: 】【打印】【关闭

Copyright © 2013 All Rights Reserved   中国驻瑞士大使馆教育处版权所有
Education Office of Embassy of PRC @ Bersetweg 6, CH-3073 Gümligen
京ICP备05064741号-12