首页
留瑞须知
留学登记
回国证明
国家公派
为国服务
瑞士高等教育
汉语教学
瑞士学联

教育处日常对外办公时间:

周一至周五
8:30-12:00 14:30-17:00

星期六、星期日及公共假期休息。

教育处地址:
Bersetweg 6 3073 Gümligen
大使馆地址:
Kalcheggweg 10, 3006 Bern

(国家公派留学人员办理报到手续,请打电话提前预约。)

 

  
  中华人民共和国教育部
  中华人民共和国科技部
  中国驻瑞大使馆
  国家留学基金委
  中国留学服务中心
  中国教育科研网
  神州学人
  中国教育网紧急响应组
  国家汉办
  人民日报海外版
  中国教育报
  swissinfo
  瑞士经济部职教司
  瑞士大学校长联席会议
  中国教育国际交流协会
 
 
  
  

 

【瑞士留华校友撰文(五)】始于童年的中国情结

2017-04-28

作者:芦琪

  1981年我第一次来到中国,在北京师范大学参加了为期两个月的访学。那时,我刚刚在日内瓦大学文学院完成了第二年的汉学专业学习。深受大家爱戴的毕来德教授为我们这一届的学生安排了这次交流。那时,我刚刚度过了我的20岁生日,但我对中国的热爱从童年时就开始了。

  我的祖父母在餐厅最显眼的位置精心地摆放了七个中国瓷盘,盘面上绘饰着张牙舞爪的飞龙。另有三个同样美丽的描金瓷盘,盘面上绘饰着粉色、绿色、橙色和黄色的水果与花卉图案,工笔精美而且色彩鲜艳。我彻底被这些美丽而精致的瓷器所征服了。之后,我又被马可•波罗的游记深深吸引,我决定有朝一日一定要去著名的丝绸之路的终点一探究竟。15岁开始,我每周三下午都找私人老师学习中文,上大学的时候又继续选择了学习汉语。

  1981年7月初,我和同学们在日内瓦坐上了远赴北京的飞机,实现了儿时的梦想。在中国,我感受到的文化冲击是巨大的。首先,中国人整齐划一的服饰让我很惊讶,男性和女性都穿中山装和深色裤子。其次,我还清楚地记得年轻姑娘们那女性色彩浓郁的大长辫子。此外,数量极为庞大的自行车也让我惊叹不已。说到自行车,我们留学生也会租来骑。还记得我第一次骑车出行是从学校到天安门广场。在广场前一个很大的十字路口,我被巨大的自行车流困在了中间,只好跑到指挥交通的警察那儿求助。我还记得他睁大眼睛看着我的样子,他大概从没见过这种事情:一个金发碧眼的身材高大的外国女人竟然不知道该怎么骑自行车出行!

  由于我不太适应骑自行车,第二次出门我选择了坐公共汽车。一辆巨大的两节式公交车进站了,我成功地挤了上去,但是车上塞满了人,车门始终关不上。于是司机从她的座位上挤到车厢里,冲着我们大吼。我惊讶地发现她原来是一个小个子女人,精力充沛并且特别镇得住场面。大家都乖乖听她的,公交车便顺利上路了。我之前在瑞士从来没见过女性开公共汽车!那一天我意识到,新中国的女性仅仅用了30年就获得了欧洲女性奋斗了300年才取得的社会地位和平等权利!

  1981年的那个夏天,我被北京的紫禁城、天坛和颐和园彻底迷住了。我最爱在傍晚时分爬上景山,从山顶远眺这些历史古迹,那番景致让人叹为观止。夏天,北京的居民特别喜欢在外面打发时间。有人告诉我,他们的房子很小,大多数的家庭都挤在一两间屋子里。人们看起来都很穷,过着简朴的生活,但是他们从不抱怨。这时候,他们还没有意识到,中国的一切很快就会发生翻天覆地的变化!

  在北京师范大学,我们认识了一些中国学生。一些人邀请我们去他们的住处吃饭。他们为我们准备了番茄汤面,我们才发现北京人吃面食比米饭多。中国同学们问了我们很多问题。我们的老师也都特别友善,特别是许文(音译)老师,我们和他无话不谈。我还认识了另外三名瑞士同学,玛丽-加布里埃尔,埃莱娜和莉达。我们形影不离,还有人给我们取绰号叫“四人帮”,我们至今都还是好朋友。

  交流快结束的时候,我们四个人和许文老师一起去南方玩了一趟,两周的旅行让我们难以忘怀。我们参观了上海的外滩,杭州美丽的西湖,“东方威尼斯”——苏州的古雅别致的小巷,以及桂林那如画的美景。我们在旅途中买了很多纪念品,还在北京专门面向外国人的商场“友谊商店”买了瓷器和玉器。有些东西到现在还装饰在我的卧室和客厅里。

  2010年,我又先后去了中国两次。中国在这30年间取得了迅猛的发展,发生了让人惊叹的变化!幸运的是,在北京我遇到了整整一周的好天气。我在清晨再次登上了景山,找回了往昔那无与伦比的紫禁城美景以及学生时代的记忆。我长时间地观察那些晨练的女性们,她们就像在跳着某种舞蹈一样,那么协调自然。我甚至突然产生了一种冲动,想就这么加入她们。

  回到瑞士后,我决定和中国保持密切联系,并且发展中瑞妇女之间的友谊。五年之后,即2015年11月,我和我的同事安雅曦(Yaël),杨江燕,李婷(Géraldine),王蕾和爱琳(Aline)一起,与瑞中协会法语区分会和中国人民对外友好协会合作,创立了“中瑞妇女论坛”。

  通过我最近几年对中国的研究,我意识到我和中国人有着另外一个共同喜好。我小时候住的地方挨着一座昵称"Sissi"的奥地利皇后的精美雕像。中国人习惯把这位皇后叫做“茜茜公主”。2013年底,我建立了我的公司“茜茜公主的瑞士之旅”,组织追寻茜茜公主足迹并回望"美好时代"的主题旅行,主要在日内瓦和蒙特勒(茜茜公主在这里买了一栋房子)。我们有法语、英语、德语和意大利语的导游,也有中文的,因为茜茜公主在中国也深受人们喜爱。

  芦琪

  1961年出生, 1981年在北京师范大学留学, 现为茜茜公主的瑞士之旅创始人兼所有人,中瑞妇女论坛创始人,2015年任中瑞妇女论坛主席。

My interest in China started in childhood

I discovered China in 1981, on a two-month study visit at Beijing Normal University. I had just completed my second year of Chinese in the Faculty of Arts at the University of Geneva, and it is thanks to the wonderful Professor Jean-Francois Billeter that this visit was organised for the students in my year. I had just celebrated my 20th birthday, but my love of the Middle Kingdom started in childhood.

Occupying pride of place in my grandparents' dining room are seven magnificent, Chinese porcelain plates, decorated with arrogant dragons; and three equally magnificent gilt plates with delicate patterns of fruits and flowers in stunning, vivid shades of pink, green, orange and yellow. I was already completely bewitched by the beauty and elegance of these pieces of porcelain. Then I became fascinated by the tales of Marco Polo, and I decided that, one day, I would go and find out where this famous ‘Silk Road’ led. At the age of 15 I began to take private lessons in Chinese on Wednesday afternoons, and later chose to study Chinese at university.

In early July 1981, my dream came true, and my classmates and I took off from Geneva for the long flight to Beijing. The culture shock was considerable; firstly the identical outfits that all Chinese wore surprised me: the mandarin-collar jacket and dark trousers for men and women. However, I also clearly remember the very long, extremely feminine plaits of the young girls. Then the incredible number of bicycles everywhere struck me. Speaking of bicycles, which, of course, we also rented to get around, I remember my first outing to get from the university to Tiananmen Square. At the vast crossroads, just before the square, I was stuck in the vast river of bicycles and I took refuge near the policeman who was controlling the traffic. I still remember his wide-eyed expression; he’d never seen anything like it before: a giant blonde foreign woman who didn’t even know how to get around on a bike!

Not being very comfortable on a bicycle, on another trip I decided to take the bus. A big bus with a huge trailer arrived. I managed to stuff myself inside, but there were a lot of people and the doors wouldn’t close, so the bus-driver came out from behind his seat and started to shout at all of us. How surprised was I to discover she was a tiny woman with incredible energy and authority. Everyone obeyed and the bus was able to depart safely. In Switzerland, I had never seen a woman drive a bus! That day, I realised that Chinese women had, in a mere thirty years of communism, achieved a place in society and the equal rights for which women in Europe had been fighting for 300 years!

During the summer of 1981 in Beijing, I really fell under the spell of the Forbidden City, the Temple of Heaven and the Summer Palace. My favourite excursion, at the end of the day, was to climb the hill in Jingshan Park and gaze at these monuments from the top, an unbeatable view! It was summer and the residents of Beijing lived their lives out of doors. We were told that their houses were very small and many of them lived in just two rooms. People seemed very poor and lived very simply, but they didn’t complain. They didn’t realise it, but everything was about to speed up and change very quickly for them!

At the Beijing Normal University we met Chinese students. A group invited us to eat in their room, they prepared noodles with tomatoes, we discovered that the Beijingers eat more noodles than rice, and the students asked us lots of questions. Our teachers were also very friendly, in particular Mr Xu Wen: we talked with him about everything. I also met three other Swiss students: Marie-Gabrielle, Helen and Lyda and we became inseparable. We became know as ‘The Gang of Four’ and we have stayed friends to this day.

At the end of the stay, we four and our teacher, Mr Xu Wen made an unforgettable journey to the South for two weeks and discovered Shanghai and its Bund, Hangzhou and its magnificent western lake, Suzhou, the ‘Venice of the East’, and its picturesque alleyways, as well as Guilin and its magnificent landscapes. We brought back many souvenirs from this trip as well as porcelain and jade objects bought in Beijing in the ‘Friendship Store’ for foreigners; I still have some of these souvenirs in my bedroom and my livingroom.

My two other visits to China were in 2010: everything had changed dramatically in the 30 years of headlong development that China had had by then! However, in Beijing I was lucky enough to get a week of fine weather, and, early in the morning this time, I climbed back up the hill in Jingshan Park and rediscovered the memories of my youth as a student and that incredible view of the Forbidden City. For a long time I also watched the women perform their morning exercises, like a kind of dance. The gentle harmony of the atmosphere was palpable and I had a sudden urge just to go down, quite naturally, and join them.

Once back in Switzerland, I decided to stay in touch with China and to develop the friendship between Swiss and Chinese women, and five years later, in November 2015, with my colleagues Yaël, Jiangyan, Géraldine, Lei and Aline, we launched the ‘Sino-Swiss Women’s Forum’ in collaboration with our organisation, the Swiss-Chinese Association - French-speaking region (SRSSC) in Lausanne, and with the ‘Chinese People's Association for Friendship with Foreign Countries (CPAFFC)’

I also realized, during my recent studies of China, that I shared another passion with the Chinese. In my childhood, I lived next door to a magnificent statue of the Empress of Austria, nicknamed Sissi, and whom the Chinese call Xixi Gongzhu. At the end of 2013, I launched my business, ‘Sissi Swiss Tours’ and created themed guided tours in the footsteps of Sissi and The Belle Epoque in Geneva and in Montreux (where Sissi decided to purchase a house), and I offer these visits in French, English, German and Italian, but also in Chinese, because Sissi is also a Chinese icon.

Lucia FESSELET-COMINA

Lucia Fesselet-comina was born in 1961, she studied at Beijing Normal University in 1981. She is the founder and owner of “Sissi Swiss Tour”as well as the founder and president of Sino-Swiss Women’s Forum in 2015.

Mon attrait pour la Chine remonte à mon enfance

C’est en juillet 1981 que je découvre la Chine, lors d’un séjour d’études de mandarin, de deux mois, à l’Université normale de Beijing. Je viens de terminer ma 2e année de chinois à la Faculté des Lettres de l’Université de Genève et c’est grâce au formidable professeur Jean-François Billeter que ce séjour est organisé pour les étudiants de ma volée. Je viens de fêter mes 20 ans, mais ma passion pour l’empire du Milieu remonte à mon enfance.

Dans la salle à manger de mes grands-parents trônent sept magnifiques assiettes chinoises en porcelaine, ornées d’arrogants dragons, et trois tout aussi magnifiques assiettes dorées aux motifs délicats de fruits et de fleurs dans de superbes tons vifs de rose, vert, orange et jaune. Je suis déjà complètement envoutée par la beauté et le raffinement de ces porcelaines. Par la suite, ce sont les récits de Marco Polo qui m’ont fascinée et je décide, qu’un jour, j’irai découvrir où mène cette fameuse « Route de la soie ». Et à 15 ans, je commence à prendre des cours privés de chinois le mercredi après-midi et plus tard je choisirai le chinois à l’université.

C’est donc début juillet 1981 que se concrétise mon rêve et que mes camarades d’études et moi embarquons à Genève pour un long vol jusqu’à Beijing. Le choc culturel fut de taille, tout d’abord c’est la tenue vestimentaire identique des Chinois qui me frappe, veste col mao et pantalon sombres pour les hommes et pour les femmes. Cependant, je me souviens aussi avec précision des très longues nattes extrêmement féminines des jeunes filles. Ensuite c’est la quantité incroyable de vélos en circulation qui me frappe. A propos des vélos, que nous avions bien entendu également loués pour nos déplacements, je me souviens de ma première sortie pour aller de l’Université à la place Tiananmen. Au gigantesque carrefour, avant d’arriver sur la place, je suis restée bloquée dans le flot immense des vélos et je me suis réfugiée près du policier qui faisait la circulation. Je me souviens encore des gros yeux qu’il m’a fait, il n’avait encore jamais vu cela ; une grande étrangère blonde qui ne savait même pas circuler en vélo !

N’étant donc pas super à l’aise en vélo, je décidais de prendre le bus pour un autre déplacement. Un grand bus avec une immense remorque est arrivé, j’ai réussi à m’y engouffrer, mais il y avait beaucoup de monde et les portes ne se refermaient pas, alors le chauffeur du bus est sorti de derrière siège et a commencé à nous engueuler. Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant une très petite femme, d’une énergie et d’une autorité incroyable. Tour le monde a obéi et le bus a pu repartir tranquillement. En Suisse, je n’avais encore jamais vu de femmes conduire un bus ! Ce jour-là, j’ai réalisé que les femmes chinoises avaient gagné en une trentaine d'années de communisme, une place dans la société et une égalité des droits pour lesquelles les femmes européennes se battaient depuis 300 ans !

Durant cet été 1981, je suis vraiment tombée sous le charme, à Beijing, de la Cité interdite, du Temple du Ciel et du Palais d’été. Mon excursion préférée, en fin de journée, est de monter sur la colline du Parc Jingshan et de contempler ces monuments depuis là-haut, une vue imprenable ! C’est l’été et les habitants de Beijing vivent beaucoup à l’extérieur, on nous explique que leurs habitations sont extrêmement petites et qu’ils sont beaucoup à vivre dans une ou deux pièces. Les gens semblent très pauvres et vivre très simplement, mais ils ne s’en plaignent pas. Ils ne s’en rendent pas compte, mais tout va encorebeaucoup s’accélérer et changer très vite pour eux !

Àl’Université normale de Beijing, nous faisons connaissance avec des étudiants chinois, un groupe nous invite à manger dans leur chambre, ils nous préparent des nouilles avec des tomates et nous découvrons que les Pékinois mangent plus de nouille que de riz, les étudiants nous posent beaucoup de questions. Nos professeurs sont également très sympathiques, en particulier Monsieur Xu Wen, nous parlons de tout avec lui. J’ai également fait la connaissance de trois autres étudiantes suisses : Marie-Gabrielle, Helen et Lyda et nous devenons inséparables, on nous surnomme « la bande des quatre » et nous sommes restées amiesjusqu’à aujourd’hui.

En fin de séjour, c’est les quatre avec notre professeur, M. Xu Wen,que nous avons fait un voyage inoubliable de deux semaines dans le Sud et avons découvert Shanghai et son Bund, Hangzhou et son magnifique lac de l’Ouest, Suzhou « La Venise de l’orient » et ses pittoresques ruelles ainsi que Guilin et ses paysages de rêve. Nous ramènerons de nombreux souvenirs de ce voyage ainsi que des objets en porcelaine ou en jade achetés à Beijing, au « magasin de l’amitié » réservé aux étrangers ; certains de ces objets décorent toujours ma chambre et mon salon.

Mes deux autres séjours en Chine datentde2010, tout avait tellement changé, en 30 ans le développement fulgurant de la Chine était passé par là ! Cependant, à Beijing, j’ai eu la chance d’avoir une semaine de beau tempset,de bon matin cette fois, je suis remontée sur la colline du Parc Jingshan et j’ai retrouvé les souvenirs de ma jeunesse d’étudiante et cette vue imprenable sur la Cité interdite. J’ai également longuement observé les femmes qui faisaient leur gymnastique matinale, comme une espèce de danse, l’harmonie qu’elles dégageaient était palpable et j’aurai eu envie de me mélanger à elle, tout naturellement.

De retour en Suisse, je décidai de rester en lien avec la Chine et de développer les relations entre les femmes suisses et chinoises et cinq années plus tard, en novembre 2015, avec mes collègues Yaël, Jiangyan, Géraldine, Lei et Aline nous avons lancé le « Sino-Swiss Women’s Forum » en collaboration avec notreassociation, la Section romande de la Société Suisse-Chine (SRSSC) à Lausanne et avec l’Association nationale du peuple chinois pour l’amitié entre les peuples (APCAE).

J’ai également réalisé, durant mes études récentes sur la Chine, que je partageais une autre de mes passions avec les Chinois. Dans mon enfance, j’ai habité tout à côté d’une magnifique statue de l’Impératrice d’Autriche, surnommée Sissi, et que les Chinois appellent Xixi Gongzhu. Fin 2013, j’ai lancé mon entreprise « Sissi Swiss Tours » et créé des visites guidées thématique sur les traces de Sissi et de la Belle Époque à Genève et à Montreux (où Sissi avait décidé d’acquérir une maison) et je propose ces visites en français, anglais, allemand et italien, mais également en chinois, car Sissi est une icône aussi en Chine.

Lucia FESSELET-COMINA

Mme Lucia FESSELET-COMINA est née en 1961. Elle a étudé à l’Université normale de Beijing en 1981. Elle est fondatrice et propriétaire de la société Sissi Swiss Tours ; elle est fondatrice du Sino-Swiss Women’s Forum, dont elle a été la présidente en 2015.



· 1981814日,日内瓦大学汉学专业毕来德教授2年级的部分学生与瑞士其他大学的几位同学在北京师范大学的合影

· Photographie prise le 14 août 1981 à l’Université normale de Beijing rassemblant un groupe d'étudiant-e-s de la classe de 2ème année de chinois du Professeur Billeter, de l’Université de Genève, accompagnés par quelques étudiantes d’autres Universités suisses.

浏览次数: 】【打印】【关闭

Copyright © 2013 All Rights Reserved   中国驻瑞士大使馆教育处版权所有
Education Office of Embassy of PRC @ Bersetweg 6, CH-3073 Gümligen
京ICP备05064741号-12