首页
留瑞须知
留学登记
回国证明
国家公派
为国服务
瑞士高等教育
汉语教学
瑞士学联

教育处日常对外办公时间:

周一至周五
8:30-12:00 14:30-17:00

星期六、星期日及公共假期休息。

教育处地址:
Bersetweg 6 3073 Gümligen
大使馆地址:
Kalcheggweg 10, 3006 Bern

(国家公派留学人员办理报到手续,请打电话提前预约。)

 

  
  中华人民共和国教育部
  中华人民共和国科技部
  中国驻瑞大使馆
  国家留学基金委
  中国留学服务中心
  中国教育科研网
  神州学人
  中国教育网紧急响应组
  国家汉办
  人民日报海外版
  中国教育报
  swissinfo
  瑞士经济部职教司
  瑞士大学校长联席会议
  中国教育国际交流协会
 
 
  
  

 

【瑞士留华校友撰文(七)】我在上海学习汉语的日子

2017-04-28

作者:阿里安

  1983年9月,我通过当时就读的苏黎世大学的一个中瑞学生交流项目,来到中国上海的复旦大学进行了一段时间的汉语学习。我先是坐飞机到了香港,然后再坐火车到武汉,最后坐轮船沿着长江航行。在一辆时速仅为40公里,且到处挤满了人、叫人透不过气来的慢车的硬座上度过了漫长的时间后,江上的清新凉爽的空气让人精神为之一振。在火车和轮船上,不论是其他旅客还是工作人员都对我们十分亲切和关心,而且特别好奇,因为那个时候外国人在中国还不常见。

  复旦大学当时有6500名学生,其中有150名外国学生,且都选择了人文方向的专业。工程和医学专业的外国学生被分到了其他学校。复旦大学的校园里有两家专售中国和西方文学书籍的书店、一个邮局、一个银行、几家食品杂货店、一个菜场、一个理发店、一家医院、一个游泳池和一些健身设施。这里就是一个封闭的小村庄,所有进来的人都被要求检查身份。

  我为这次中国之行一共准备了5000瑞士法郎。我的住宿费合每个月90瑞郎,而大多数外国留学生都和一名中国学生共住一间宿舍,后者的宿舍月租金是45瑞郎。中国同学不止是充当我们的室友,他们还要负责监督汇报我们的情况。另外,我们的信件都是被拆开审查的,信里提到的、随信附着的一些资料文件也不见了。

  我们进校的时候,学校给我们发了床单被罩,以及食堂吃饭要用的搪瓷饭盒和筷子。到学校的第二天,一个美国学生就领我去友谊商店买了一辆坚固耐用的凤凰牌自行车,当天晚上我们就骑着车回到了学校。在那个年代,马路上最多的交通工具就是自行车,骑车的人数量众多,一群接着一群,以至于几辆卡车甚至不敢超过我们!我们和行人一起占据了行车道,行人有单个的也有一块儿走的,有推着小童车的母亲,也有走路不稳的老太太。那人行道做什么用了呢?在炎热的天气里,一到晚上人行道就不再用于通行了,而成了市民纳凉的好去处。人行道中央摆上了各式各样的凳子、扶手椅和藤条做的长椅。许多人把床也搬了出来,准备露天睡觉,大家隔着床互相聊天,就好像是躺在医院里的一间巨大的病房里。

  1983年中国兴起过一场“清除精神污染运动”。所有被禁止的都被看作是“黄色的”,比如当时西方正流行的一些读物和音乐,当然了,还包括“迪斯科”。复旦大学的中国学生们被告诫说,如果他们和“颓废堕落”的西方学生有什么接触,就有可能会给自己带来麻烦。因此,当我们穿过校园去上课时,路上的中国学生都会选择忽视我们。

  那时的政治氛围显然非常浓厚,以至于我们感到自己不受待见,被看成是会带坏中国未来精英的“潜在有害”因子。我们来自一个有时外国人会受到歧视的国家,现在轮到自己成为一个在中国受到歧视的外国人,这是一种全新的体验。我们的生活条件和设施比中国学生要舒适,他们住的是6人一间的宿舍,洗的是冷水澡,冬天也没有暖气。不过我们享受的优待条件,作为必要的措施,同时也提供给其他一些情况特殊的学生,就像给予我们这些“被宠坏的、萎靡不振”的外国学生一样。

  另一方面,复旦大学也组织社交活动,以便我们认识一些被精心挑选出来的年轻的模范大学生。另外,这些中国学生不能接触非知识分子的年轻人群体,他们被反复灌输自己属于一个优等群体,应该待在自己的圈子内。可是,与这些已经被教育成型的好学生的交流总是极其无趣的,我们倒是更愿意和街上随意结识的年轻人说话!他们没有权利到学校里来,我们就和他们在外国租界时代建起来的一家咖啡屋里见面。这些年轻人找我们基本上是为了练习英语或法语,平时他们会跟着收音机学习外语。

  我在复旦大学的第一年学习的是现代汉语,到了1984年又学习了文学和历史,不过学得都非常粗浅,因为我同时还在一家位于上海市中心的德国公司工作。由于家庭原因,我没能完成第二年的学业,于1984年12月底回到了瑞士。从1985年开始,我继续在日内瓦大学攻读汉学专业,并最终在那儿获得了汉学、日本学和艺术史的学士文凭。

  之后,我本想再继续攻读古汉语专业的深入研究文凭和博士文凭,因为我对古代中国尤其感兴趣。但那时我已经快40岁了,读完之后再找工作可就太晚了,所以就放弃了。在一段丰富曲折,且所学到的中国语言文化知识几乎没派上什么用场的职场生涯后,我现在已经提前退休,并且全身心地投入了一些值得去倾注精力的志愿工作当中。

  如果不是出于文章篇幅的限制,我还有好多有趣的故事、美好的邂逅和经历要讲述。在这篇关于我的中国之旅的文章结尾,我要说的是,我在那儿认识了一些非常好的中国朋友,直到30年后的今天我们还有来往。我还想说,中国现在是、以后也将永远是我心灵的故乡!

  阿里

  1955年出生,19839月至-198412月在复旦大学留学,现已退休

My language course in Shanghai


I arrived in China in September 1983 for a language course at Fudan Daxue in Shanghai, sent by my university, Zurich, as part of a student exchange between Switzerland and China. I flew to Hong Kong, then took the train to Wuhan and finally the boat to Chang Jiang: the relative coolness of the river was a joy after interminable hours spend in a stifling and overcrowded 'hard seat' compartment of a train which only went at 40km an hour! The other passengers and the train and boat crew were all very friendly and considerate to us, and also very curious, since foreigners were not commonat the time.

At that time Fudan Daxue had more than 6,500 students, of which 150 were foreigners who had chosen 'humanistic' studies; engineers and medical students studied in other universities. Therewere two bookshops on campus (for Chinese and Western literature) as well as a post-office, a bank, grocery shops, a vegetable market, a hairdresser, a hospital, a swimming pool and sports facilities. It was a little gated village,monitoring anyone who entered.

My budget for the year in China was 5,000 Swiss francs. My room cost the equivalent of 90 francs per month. Most foreign students shared their room with a Chinese 'tongxue' or classmate, so their monthly rent was just 45 francs. The tongxue did not just act as a roommate, they were also supposed to monitor certain things. Our letters were opened, sometimes passages were censored and items mentioned in the text were missing.

On arrival, we were given sheets and enamelbowls and chopsticks, which we took with us to the canteen.

The day after I arrived on campus, an American student took me to the youyi shangdian (friendship store) to buy a sturdy Phoenix bicycle, and that evening we returned home by bike: large groups of bicycles were the norm in those days and the small number of work unit lorries didn't dare even try to overtake us, since there were so many of us. We shared the road with pedestrians, alone or in groups, mothers with their pushchairs and unsteady grandmothers. And the pavements? In the hot-season they weren't used for getting anywhere, but to get some fresh air, on all kinds ofstools, armchairs and cane loungers. Many people brought their beds to sleep out in the open and chatted from one bed to another, as if they were in a huge hospital ward.

In 1983 the Anti Spiritual Pollution Campaign (jingsheng wuran) was in full force. Everything forbidden was classed as 'yellow', for example, certain reading material and music that was fashionable in the West, and of course, discos. Chinese students in Fudan had been warned that if they sought contact with 'decadent' Western students, it would cause them problems. Because of this, when we crossed the campus to go to lessons, the Chinese students ignored us.

The atmosphere was tangibly politicised, we were made to feel like 'potentially harmful' and unwelcome elements who might corrupt the future Chinese elite. When you come from a country where some foreigners are looked down on, it's a whole new experience to be in the role of that inferior foreign visitor. We were better off than the Chinese students who slept six to a room, washed in cold water and had no heating in winter, but these privileges were presented to the other students as necessary measures forthe spoilt brats that we were.

Instead Fudan organised social events where we could meet model students, to allow us to meet hand picked young people in a controlled environment. Chinese students were also not allowed to mix with young people who weren't from an intellectual background, they were brain washed to believe that they were a superior class and should mix only with their own kind. But the meetings with the pre-selected good students were intensely boring, and we preferred the young people that we met freely in town! They were not allowed on campus, we met them in coffee houses that dated back to the time of foreign concessions. In general they sought out our company to practise their English or their French, which they learned from the radio.

In my first year at Fudan Daxue I took acourse in modern Chinese, then, in 1984, courses on literature and history, but only casually, as by then I was working part-time for a German business in the town. For family reasons, I wasn't able to finish my second year, and I had toreturn to Switzerland at the end of December '84. Since 1985, I have continued my studies in sinology at the University of Geneva, where I finally got my degreein Sinology, Japanese Studies and History of Art.

I would have liked to do an Advanced Studies Diploma and then a PhD in Classical Chinese, as I am particularly interested in ancient Chinese, but since by that time I was already nearly 40 and it would have been too late to get on the job market after that, I didn't. After a rich and varied but circuitous career path, in which my knowledge ofthe Chinese language and civilisation have been virtually no use, I have now taken early retirement and spend my time volunteering for several organisations that deserve support.

If there were no limit on the length of our texts, I would have had several funny stories and wonderful encounters and experiences to tell. But I can't end this piece about my time in China without saying that I made Chinese friends there whom I see to this day, more than thirty years later, and that China is and will remain my spiritual home.

ArianeTHAONDESAINT ANDRÉ

Ariane Thaon DeSaint Andrewas born in 1955. He was a student at University of Fudan, Shanghai from 1983 to 1984. He retired now.

Mon séjourlinguistiqueà Shanghai

C'est en septembre 1983 que je suis arrivée en Chine pour un séjour de langue à Fudan Daxue à Shanghai, envoyée par mon université de Zurich dans le cadre d'un échange d'étudiants Suisse - Chine. J'avais pris l'avion jusqu'à Hongkong, puis le train jusqu'à Wuhan et enfin le bateau sur le Chang Jiang : la fraîcheur relative du fleuve était un bonheur après les interminables heures passées dans un compartiment « siège dur » étouffant et surpeuplé de l'omnibus qui roulait à 40 km à l'heure ! Tant les autres voyageurs que le personnel du train et du bateau étaient très aimableset prévenants avec nous, très curieux aussi puisque les étrangers n'étaient pas encore « monnaie courante » alors.

Fudan Daxue logeait à l'époque plus de 6'500 étudiants, dont 150 étrangers qui avaient choisi des études « humanistes », les ingénieurs et médecins étant formés dans d'autres universités. Sur le campus il y avait deux librairies (pour la littérature chinoise et occidentale), une poste, une banque, des épiceries, un marché aux légumes, un coiffeur, une clinique, une piscine et des installations sportives. C'était un petit village fermé où toute personne qui entrait était contrôlée.

Mon budget global pour cette année en Chine était de 5'000 francs. Ma chambre en coûtait l'équivalent de 90 par mois. La plupart des étudiants étrangers partageaient leur chambre avec un tongxue (camarades) chinois, leur loyer mensuel était ainsi de 45 francs. Le rôle des tongxue ne se limitait pas à partager la chambre avec nous, ils devaient référer d'un certain nombre de choses. D'ailleurs notre courrier était ouvert, parfois des passages étaient rendus illisibles et des annexes mentionnées manquaient.

À notre arrivée on nous remettait des draps, des gamelles en métal émaillé et des baguettes que nous emmenions à la cantine.

Le lendemain de mon arrivée sur le campus,une étudiante américaine m'a emmenée au youyi shangdian (magasin de l’amitié)acheter une robuste bicyclette Phoenix et le soir nous sommes rentrées à vélo : les pelotons de cyclistes à l'époque étaient largement majoritaires, et les quelques camions des unités de travail ne tentaient même pas de nous dépasser, tant nous étions nombreux ! Nous partagions la chaussée avec des piétons, seuls ou en groupes, des mamans avec leurs poussettes et des grand-mères branlantes. Et les trottoirs alors ? En cette période encore très chaude de l'année, en soirée ils ne servaient pas à se déplacer mais à prendre le frais, sur toutes sortes de tabourets, fauteuils et chaises longues en rotin. Beaucoup y installaient leur lit pour dormir en plein air et bavardaient d'un lit à l'autre comme dans une vaste chambre d'hôpital.

En 1983 régnait la Campagne contre la pollution intellectuelle (jingsheng wuran). Tout ce qui était interdit était qualifié de « jaune », par exemple certaines lectures et musiques à la mode en Occident et bien sûr les soirées « disco ». Les étudiants chinois de Fudan avaient été prévenus que s'ils recherchaient le contact avec les étudiants"décadents" occidentaux, ce serait une source de problèmes pour eux. De ce fait, quand nous traversions le campus pour nous rendre à nos cours, les étudiants chinois nous ignoraient.

L'atmosphère était sensiblement politisée, on nous faisait ressentir que nous étions des éléments "potentiellement nuisibles" et peu appréciés qui risquaient de dépraver la future élite chinoise. Quand on vient d'un pays où certains étrangers sont regardés de haut, c'est une toute nouvelle expérience d'être dans le rôle de l'étranger considéré comme inférieur. Notre confort était supérieur à celui des étudiants chinois qui logeaient à six dans une chambre, se lavaient à l'eau froide et n'avaient pas de chauffage en hiver, mais ces privilèges étaient présentés aux autres étudiants comme des mesures nécessaires pour les mollusques gâtés que nous étions.

En revanche Fudan a organisé pour nous des rencontres avec des étudiants modèles, pour nous permettre de fréquenter des jeunes triés sur le volet dans un cadre contrôlé. D'ailleurs les étudiants chinois n'étaient pas non plus censés fréquenter des jeunes de milieux non-intellectuels, on leur inculquait qu'ils sont d'une classe supérieure et doivent rester entre eux. Mais les entretiens avec ces bons élèves préformatés étaient d'un ennui profond, et nous leur préférions les jeunes qui nous abordaient librement en ville ! Ils n'avaient pas le droit de pénétrer dans le campus, nous les retrouvions dans un des "coffee houses" qui dataient encore du temps des concessions étrangères. En général ils recherchaient le contact avec nous pour pratiquer l'anglais ou le français, qu'ils apprenaient à la radio.

Pendant ma première année à Fudan Daxue j'ai suivi des cours de chinois moderne, puis en 1984 des cours de littérature et d'histoire, mais ceci d'une manière superficielle, parce que je travaillais aussi à côté pour une entreprise allemande au centre-ville. Pour des raisons familiales, je n'ai pas pu terminer ma seconde année d'études et ai dû rentrer en Suisse fin décembre 84 déjà. Dès 1985 j'ai poursuivi mes études de sinologie à l'Université de Genève, où j'ai finalement obtenu ma licence en sinologie, japonologie et histoire de l'art.

J'aurais aimé faire un DEA (Diplôme d'études approfondies) puis un doctorat en chinois classique, parce que je m'intéressais particulièrement à la Chine ancienne, mais entre-temps j'avais déjà presque 40 ans et après il aurait été trop tard pour me placer sur le marché du travail, j'ai donc renoncé. Après un parcours en zigzag riche et varié où mes connaissances en langue et civilisation chinoises ne m'ont quasiment jamais servi, je suis maintenant en pré-retraite et m'investis à titre bénévole dans divers mouvements qui méritent d'être soutenus.

N'était cette limitation de la longueur de nos textes, j'aurais eu encore bon nombre d'épisodes amusants et de belles rencontres et expériences à raconter. Mais je ne peux pas clore ce chapitre de mon séjour en Chine sans dire que je me suis fait là-bas des amies et amis chinois formidables que je vois encore, plus de trente années plus tard, et que la Chine est et restera ma patrie de cœur !

Ariane THAON DE SAINT ANDRÉ

Mme Ariane THAON DE SAINT ANDRÉ est née en 1955. Elle a étudié à l’Université Fudan à Shanghai de 1983 à 1984. Elle est en pré-retraite.



· 第一学年结束后复旦大学授予我的结业证

· Certificate presented by Fudan Daxue at the end of my first year of studies

· Certificat délivré par Fudan Daxue à la fin de ma première année d'études

浏览次数: 】【打印】【关闭

Copyright © 2013 All Rights Reserved   中国驻瑞士大使馆教育处版权所有
Education Office of Embassy of PRC @ Bersetweg 6, CH-3073 Gümligen
京ICP备05064741号-12