首页
留瑞须知
留学登记
回国证明
国家公派
为国服务
瑞士高等教育
汉语教学
瑞士学联

教育处日常对外办公时间:

周一至周五
8:30-12:00 14:30-17:00

星期六、星期日及公共假期休息。

教育处地址:
Bersetweg 6 3073 Gümligen
大使馆地址:
Kalcheggweg 10, 3006 Bern

(国家公派留学人员办理报到手续,请打电话提前预约。)

 

  
  中华人民共和国教育部
  中华人民共和国科技部
  中国驻瑞大使馆
  国家留学基金委
  中国留学服务中心
  中国教育科研网
  神州学人
  中国教育网紧急响应组
  国家汉办
  人民日报海外版
  中国教育报
  swissinfo
  瑞士经济部职教司
  瑞士大学校长联席会议
  中国教育国际交流协会
 
 
  
  

 

【瑞士留华校友撰文(八)】令人惊叹的中国

2017-04-28

作者:玛丽埃尔

  我曾经在位于零陵路上的上海中医学院学习了三个月的针灸。我申明我学习的是针灸而不是中医药学,因为在那么短的时间内是不可能学会中医药的。

  我们的小组有法国、英国和日本学生,还有一个瑞士学生,那便是我。我们中的大部分人都是医生,但是这个课程也向医生之外的人群开放。

  我到达的时候发现行李丢了。我也不会说中文,所以完全不知道如何去找。当我在机场打电话给航空公司时完全无法沟通。似乎没人会说英语。这个细节很重要,因为我本以为我们课程安排的翻译可以帮助我,但他断然地拒绝了我的请求,因为这不属于我所注册的课程的内容。最后,是当时上海第一家喜来登酒店的商务中心的一位秘书帮助我找到了行李。她打了一两通电话就找回了行李。遇到这些经常和外国商务人士打交道的秘书的时候,我还以为自己不在中国了呢:我们是可以互相交流的!

  除了开头的这个小插曲之外,培训课程还是安排得很好的。第一个月学习理论,一个很有资历的翻译将课程几乎同声传译给我们。这个月结束之后有一个理论考试,通过之后可以参加第二部分的培训,即上午实践课,下午理论课。

  早上医院大厅里挤满了病人。挂号窗口的人根据病人的基本症状决定他们应该去哪个科室,接受什么治疗。对那些要去做针灸治疗的病人,他们会问他们是否愿意找“高鼻子”(那时候中国人给我们取的外号之一)医生看病。幸运的是有一些病人,虽然并不认识我们也不能和我们沟通,却接受这些从天而降的外国人的治疗。

  每个诊室里有四个学生和一个老师,外加一个翻译,由他告诉我们病人说了什么。医生(也就是上海中医学院的老师)诊断了病情、确定了治疗方案之后,就由我们来针灸。病人们每两到三天会来一次,直到病情好转或者完全康复,这样整个治疗期间我们都能跟踪他们的情况,这是非常有意思的。通过自己的实践,我们学习使用针的技巧,以及如何根据相关的病症选择针灸部位,等等。

  病人受到的治疗并不是很“温柔”的。比如,用“梅花针”(一种有六个针尖、外观像小锤子的针)的时候,需要叩刺直到出血为止;比如拔火罐,去掉火罐之后会留下明显的淤痕;再比如用针刺……这些看起来都很“野蛮”,但是疗效都很明显。

  课程完成之后会有一个考试,我们需要面对一个病人,整理他的病史,诊断他的病情并决定治疗方案。另外需要提到的一点是,我们有与培训相关的额外需求的时候,可以和课程的负责人商谈。要想学到我们想学的,得首先付额外的费用:钱是最有话语权的。

  不得不承认这三个月期间我学到了很多,我建议所有想学针灸的人到中国去参加培训,虽然我回到瑞士后必须对治疗方式做些改变,以适应西方的病人群体。我去中国学针灸也有一些个人的原因,刚到中国的时候我对这个国家一无所知,关于她的一切都是到了之后才了解到的。

  有一件事情让我十分震惊:这里没有个体也没有自由的概念。我不会中文,但我觉得这两个词在这个语言里应该不存在。不可能独自一人,不可能思考自我,或者说不可能有所思考,不可能有自己的想法(就算有也不能说出来)。我的印象是一切都是集体行动,没有个体这个概念。

  在中国的时候,我们离家人和朋友都很遥远。难得有时候会有从瑞士或者其他地方(我认识了一些学中文的其他外国学生)来的电话,我们都不见得知道。这得看接线员的心情。

  用书信交流非常的缓慢,收到一封信得花6个星期。一切都在监控之下。还记得,我在中国学生的休息室发现了一本寄给我的L’Hebdo周刊……

  我们住在专门给外国人住的公寓,因此认识了来自南美洲和非洲的学生,他们通过政府协议而来,先学汉语,再学中医的所有课程,然后再回到他们自己的国家。这个“专门”给我们的公寓里也住了几个中国学生。我们来了之后不久,公寓里便新装了一个门,好把中国学生和西方学生分开。尽管如此,我们还是和他们有些交流,使我们得以了解他们的生活、观点、意愿、梦想,等等。我们也一起度过了很多美好的夜晚,分享各自做的菜肴。但我们的菜肴不见得每次都很受欢迎。

  我们的公寓里运行着一个简单却有效的监视机制:清洁人员不敲门就进到我们的房间(这对一个西方人来说是无法接受的),她们的理由经常是给我们送一瓶热水。她们借此可以查看我们是单独一人还是有人陪同,是否看起来一切正常。在路上和十字路口有另外一个检查:有一些带着臂章的人维持交通秩序,但是他们也同时查看过路的人。我们自然非常容易被辨认出来,即使是骑着自行车……

  2001年的时候我再次参加了一个针灸培训,这次是在北京。这个课程不是由政府主办,而是由我在瑞士认识的一个比利时人组织的,所以没有那么实用,因为实践的部分几乎没有。这时距我第一次去中国已经过去了十四年。中国变化很大,北京也是。只有早上在公园里练太极的老年人还是依旧。课程的组织方式是一样的,所以我觉得好像又回到了1987年。

  这是一段令人难以忘怀的经历,丰富多彩,让我受益匪浅。我永远不会忘记在这个如此不同、如此让人迷恋、却有时让我抱怨的国家的日子,因为那里的生活规则和我的国家是多么的不同。

  玛丽埃尔·贝德里

  1957年出生,1987年到上海中医学院(“上海中医药大学的前身)留学,现为麻醉医生

Amazing China

I travelled to the Shanghai University of Traditional Chinese Medicine, in Linlin Lu (Street), to study on a three-month acupuncture course. It was specifically acupuncture and not Traditional Chinese Medicine, as full training in TCM would have been impossible in such a shorttime.

Our group consisted of French, English, and Japanese students and one Swiss student: me. The majority of us were doctors, but the course was also open to non-medics.

When I arrived, my bags had been lost. As I didn’t speak Chinese, it was impossible for me to find them. When I arrived at the airport to try to telephone the airline, I couldn’t make myself understood. Nobody seemed to speak English. This detail is important, as I expected assistance from our course translator, who flatly refused when I asked for help: it wasn’t included in the programme of study which I was signed up for. Finally I found my bags thanks to the help of a secretary from the First Sheraton Business Centre in Shanghai, who found them with just a couple of phone calls. Meeting these secretaries, who were used to working with foreign business people, felt as if I was no longer in China: we understood each other!

Apart from that first misadventure, the course was well organised: the first month was dedicated to theory, with almost simultaneous translation by an official interpreter. At the end of this month there was a theory test, which we had to pass to move on to the second part ofthe course: practical in the mornings and lessons in the afternoons.

Mornings at the hospital, the foyer was full of patients: the triage nurse or nurses decided which was the best treatment for each one, based on their symptoms. Those who were going to begiven acupuncture were asked if they agreed to be treated by ‘longnoses’, one of the nicknames the Chinese used for us in those days. Luckily some patients,without knowing us or being able to communicate with us, were willing to accept treatment from these heaven-sent strangers.

There were four students per room with a teacher and a translator, who translated what the patients said. Once the diagnosis and treatment had been settled on with the doctor (professors of Traditional Chinese Medicine from the University), we moved on to the treatment. The patients returned every 2-3 days until they improved or were cured, allowing us to follow them throughout the treatment, which was really interesting. By taking care of patients ourselves, we learnt how to use the needles, how to work on the chosen spot depending on the underlying pathology, etc.

Treatments on patients weren’t ‘gentle’. We used the ‘plum blossom’, a hammer with 6 spikes, with which the treatment area is hammered until it bleeds; the application of suction cups which left a haematoma when removed; manipulation of the needles … all of this could appear barbaric, but the treatments worked.

At the end of the training we obviously had to take an exam with a patient, taking their history and deciding on a diagnosis and treatment. It’s also important to mention the discussions we had with the course director when we had queries about our training. In order toget what we wanted, we had to ‘pay’: money talks.

I have to admit that I learnt a lot during those 3 months and would recommend to anyone who wants to practise acupuncture, to take a course in China, even if, on my return, I have had to adapt the treatments for Western patients. Having gone to China to learn acupuncture, butalso for personal reasons, I didn’t know much about the country when I arrived. I discovered everything at once.

One thing struck me particularly: the absence of individuality and freedom. I didn’t speak Chinese but I suspected these words didn’t exist in the language. It was impossible to be alone, to think of oneself, to think: full stop, to have an opinion (or at least toexpress one). I had the impression that everything happened as a group, thatthe idea of the individual didn’t exist.

In China one is very far away from friends and family. On the rare occasion of a phone call from Switzerland or elsewhere(I had met some other foreign students who were studying Chinese), we were not always informed. It all depended on the mood of the switchboard operator.

Correspondence was very slow: 6 weeks for aletter to arrive. Everything was monitored. I remember finding a copy of L’Hebdo [a weekly French language news magazine], addressed to me, in the Chinese students' common room.

We lived in the foreigners’ building, which meant that we met South American and African students who, thanks to government agreements, were learning Mandarin first, then embarking on a degree course in Traditional Chinese Medicine before returning to their home countries. The building, which was ‘intended’ for us, also housed a few Chinese. Shortly after we arrived, a door was added to separate the Chinese students from the foreigners. Despite this separation, we did socialise with them, giving us anopportunity to learn more about their lives, their opinions, hopes and dreams, etc. We also spent many lovely evenings together, exchanging recipes, thoug hours were not always a run away success.

A simple but effective surveillance system was used in the building: the cleaning women entered our rooms without knocking (inadmissible behaviour to a Westerner), often with the excuse of bringing us athermos of hot water. In this way they could see if we were alone or with someone, if everything seemed in order. Another check took place in the street at the crossroads: men with armbands controlled the traffic, but also monitored who was passing at the same time. Obviously we were easily identifiable, even on bicycles …

In 2001, I took another acupuncture course,this time in Beijing. As this course wasn’t organised by the government, but by a Belgian, who I met in Switzerland, it turned out to be much less useful, as the practical aspect of the teaching was virtually non-existent. 14 years had passed since my first visit. China had changed hugely, Beijing too. Only elderly people still practiced tai-chi in the parks early in the morning. The lesson plan was identical. I felt as if I were back in 1987.

It was an unforgettable and very rich experience, which had a huge effect on me. I will never forget that stay in a country that was so different, so appealing, but which made me curse sometimes, because the social codes were so different from my own country.

Mariella PEDRINI

Mariella Pedrini was born in 1957, she studied at Institute of traditional Chinese medicine, Shanghai in 1987. Now she is an Anaesthetist.

Étonnante Chine

Je suis partie à l’Institut de médecine traditionnelle chinoise de Shanghai, située à Linlin Lu (rue), pour y suivre un cours d’acupuncture d’une durée de 3 mois. Je spécifie bien qu’il s’agissait d’acupuncture et non de médecine traditionnelle chinoise, car une formation en MTC aurait été impossible lors d’un si bref séjour.

Notre groupe était formé d’étudiants français, anglais, japonais et d’une Suissesse, moi. La majorité d’entre nous était médecin, mais ce cours était ouvert aussi à des participants non médecins.

À mon arrivée, mes bagages s’étaient perdus. Ne parlant pas chinois, il m’était impossible de les localiser. Lorsque je me rendais à l’aéroport ou essayais de téléphoner à la compagnie aérienne,je ne pouvais pas m’exprimer. Personne ne parlait apparemment l’anglais. Ce détail avait son importance, car je m’attendais à l’aide du traducteur de notre cours qui a froidement décliné mon appel à l’aide : cela ne faisait pas partie du programme d’études auquel je m’étais inscrite. Finalement, je retrouvais mes bagages grâce à l’aide d’une secrétaire du Business Center du premier Sheratonde Shanghai, qui, en un ou deux coups de fil, les retrouva. Rencontrer ces secrétaires qui avaient l’habitude de travailler avec des hommes d’affaires étrangers était comme ne plus être en Chine : on se comprenait !

Mise à part cette aventure initiale, la formation était bien organisée : le premier mois fut consacré à des cours théoriques avec une traduction presque simultanée effectuée par un interprète attitré. À la fin de ce mois suivit un examen théorique, dont la réussite nous permit d’accéder à la deuxième partie de la formation : pratique le matin et cours l’après-midi.

Le matin, à l’hôpital, le hall était bondé de patients : le ou les trieurs décidaient sur la base des symptômes quel était le meilleur traitement pour chacun d’entre eux. Parmi ceux qui allaient se faire soigner par acupuncture, ils leur demandaient s’ils étaient d’accord de se faire soigner par des « longs nez », un de ces surnoms que les Chinois nous réservaient à l’époque. Heureusement, certains patients, sans nous connaître et pouvoir communiquer avec nous, acceptaient un traitement prodigué par ces étrangers tombés du ciel.

Nous étions quatre étudiants par salle avec le professeur et un interprète qui traduisait ce que disaient les patients. Une fois le diagnostic et le traitement établis avec le médecin présent (des professeurs de MTC de l’université), nous passions au traitement. Les patients revenaient tous les 2-3 jours jusqu’à amélioration ou guérison, nous permettant de les suivre pendant tout leur traitement, ce qui était fort intéressant. En prenant soit nous-mêmes des patients, nous apprenions les techniques d’utilisation des aiguilles, comment travailler le point choisi selon la pathologie sous-jacente, etc.

Les traitements réservés aux patients n’étaient pas « tendres ». Lorsque nous utilisions le « prunier », un marteau à 6 pointes, avec lequel on martelait la zone à traiter jusqu’aux saignements, l’application de ventouses qui laissaient un bel hématome après leur retrait, la manipulation des aiguilles… Tout cela pouvait paraître « barbare », mais les traitements étaient efficaces.

À la fin du cours, nous passions évidemment un examen en présence d’un patient, dont il fallait faire l’anamnèse, décider du diagnostic et du traitement. Autre élément à relever : les discussions avec le directeur du cours lorsque nous avions des requêtes liées à notre formation. Afin d’obtenir ce que l’on désirait, il fallait « monnayer » : l’argent était un argument de poids.

Je dois avouer que pendant ces 3 mois j’ai beaucoup appris et conseille à qui veut pratiquer l’acupuncture de suivre un cours en Chine, même si, à mon retour, j’ai dû adapter les traitements à la patientèle occidentale. Partie en Chine pour apprendre l’acupuncture mais aussi pour des raisons personnelles, je ne connaissais pas grand-chose de ce pays à mon arrivée : je découvrais tout sur le champ.

Une chose m’avait particulièrement frappée: l’absence d’individualité et de liberté. Je ne connaissais pas le chinois, mais je me disais que ces mots ne devaient pas exister dans cette langue. Il était impossible d’être seul, de penser à soi, de penser tout court, d’avoir une opinion (ou alors il ne fallait pas l’exprimer). L’impression que tout se passait en groupe, que la notion d’individu était absente.

En Chine, on est loin de sa famille et de ses amis. En cas de rares appels téléphoniques venus de Suisse ou d’ailleurs (j’avais rencontré d’autres étudiants étrangers qui étudiaient le chinois), nous n’étions pas toujours avertis. C’était l’humeur du standardiste qui faisait la loi.

La correspondance était très lente, 6 semaines pour recevoir une lettre. Tout était contrôlé. Je me souviens avoir trouvé un numéro de L’Hebdo qui m’était destiné dans une salle de repos des étudiants chinois…

Nous logions dans le bâtiment pour étrangers, ce qui nous permit de rencontrer aussi des étudiants sud-américains, africains, qui eux, grâce à des accords gouvernementaux, apprenaient d’abord le mandarin, avant de suivre tout le cursus d’études de médecine traditionnelle chinoise, puis de retourner dans leur pays d’origine. Ce bâtiment, qui nous était « destiné », était aussi habité par quelques Chinois. Peu de temps après notre arrivée, une porte a été érigée afin de séparer les étudiants chinois des occidentaux. Malgré cette séparation, nous avons eu des contacts avec eux, nous donnant l’occasion de mieux connaître leurs conditions de vie, points de vue, envies, projets, etc. Nous avons aussi passé de belles soirées ensemble, échangeant nos recettes culinaires, pas toujours couronnées de succès en ce qui concernait les nôtres.

Un système de surveillance simple mais efficace était utilisé dans cet immeuble : les femmes de ménage entraient dans nos chambres sans frapper (un comportement inacceptable pour un occidental), souvent avec l’excuse de nous amener une thermos d’eau chaude. Elles vérifiaient ainsi si nous étions seuls ou accompagnés, si tout leur paraissait en ordre. Un autre contrôle se passait dans la rue et aux carrefours : des hommes avec un brassard ad hoc au bras réglaient la circulation, mais, en même temps, contrôlaient qui passait. Bien entendu, nous étions facilement identifiables, même à vélo…

En 2001, j’ai refait une formation en acupuncture, à Pékin cette fois-ci. Comme ce cours n’était pas organisé par le gouvernement, mais par un Belge dont j’avais fait la connaissance en Suisse, il s’est avéré moins efficace, car le côté pratique de l’enseignement était presque inexistant. 14 ans s’étaient écoulés depuis mon premier séjour. La Chine avait déjà beaucoup changé, Pékin aussi. Il ne restait plus que les personnes âgées pratiquant le taiji dans les parcs tôt le matin. L’organisation des cours était identique. Je me suis donc sentie replonger dans l’ambiance chinoise de 1987.

Ce fut une expérience inoubliable, très riche, qui m’a beaucoup apporté. Je n’oublierai jamais ce séjour dans ce pays si différent, si attachant, mais où j’ai tellement pesté parfois, tant les codes de vie différaient de mon pays d’origine.

Mariella PEDRINI

Mme Mariella PEDRINI est née en 1957. Elle a fait ses études à l’Institut de médecine traditionnelle chinoise de Shanghai (devenue l’Université de médecine traditionnelle chinoise) en 1987. Elle est médecin anesthésiste.



· 1987年上海一家医院:一名患者同意让学习针灸的外国医生为其治

· Photo taken in 1987 at the hospital in Shanghai: Patient agreed to be treated by a foreign doctor who was learning acupuncture.

· Photo prise à Shanghai à l’hôpital en 1987 : Patient qui était d'accord de se faire traiter par des médecins étrangers qui apprenaient l’acupuncture.

浏览次数: 】【打印】【关闭

Copyright © 2013 All Rights Reserved   中国驻瑞士大使馆教育处版权所有
Education Office of Embassy of PRC @ Bersetweg 6, CH-3073 Gümligen
京ICP备05064741号-12