首页
留瑞须知
留学登记
回国证明
国家公派
为国服务
瑞士高等教育
汉语教学
瑞士学联

教育处日常对外办公时间:

周一至周五
8:30-12:00 14:30-17:00

星期六、星期日及公共假期休息。

教育处地址:
Bersetweg 6 3073 Gümligen
大使馆地址:
Kalcheggweg 10, 3006 Bern

(国家公派留学人员办理报到手续,请打电话提前预约。)

 

  
  中华人民共和国教育部
  中华人民共和国科技部
  中国驻瑞大使馆
  国家留学基金委
  中国留学服务中心
  中国教育科研网
  神州学人
  中国教育网紧急响应组
  国家汉办
  人民日报海外版
  中国教育报
  swissinfo
  瑞士经济部职教司
  瑞士大学校长联席会议
  中国教育国际交流协会
 
 
  
  

 

【瑞士留华校友撰文(十一)】地理课-空间和知识的重新定位

2017-04-28

作者:飞雅

  “有些国家就像毒品一样令人上瘾,中国正是如此,她拥有不可思议的魔力,让那些曾经去过那里甚至仅仅只是在谈论她的人立刻变得眉飞色舞、得意洋洋。”阿梅丽·诺冬在《爱情与破坏》一书中这么说。但是,“赶时髦和附庸风雅还不能解释这一切”,她继续写道,因为“(中国)带给人的幻想是丰富而无法遏制的。”我想,这大概和她辽阔的面积、悠久的历史、自成一体的特性有关。相比世界上任何其他国家,中国尤其令人心驰神往。

  我第一次去中国还是在上世纪90年代,与当时的高中同学一块儿去的。当时和今天不同,在我们这些身处千禧年末的少年眼中,地球显得非常地庞大。廉价航空还未普及,互联网在日常生活中刚刚兴起,全球化主要指的是美国化,“中国制造”的标签还没有在日常的商品上出现。中国在那时完全是一个远离我们平时生活秩序的所在。我不清楚我的同学们对那一周在中国南京的经历有何感想。在我看来,那是一堂真正的地理课,它开启了我对中国的感知,这些感知还将伴随着以后一次次的中国之行而不断加深。

  打小,我们对地理的认知就是那些标记在地图上的一长串难记的地名。实际上,地理要有趣得多,它意味着空间——即我们安排处理自己日常生活的方式——以及和地点、坐标与距离(我们依此来定义一个地方离我们的远近)相联系的一幅幅画面。

  如果让我用一个画面来描述第一次中国之旅,那将是一幅颠倒错乱的画面。我没法向您具体描述我原先想象中的中国,不过,她和我实际上看到的一点儿也不一样。我对中国的第一印象是北京的机场。到这时候为止,还没有什么令我惊讶的地方。建于二十世纪50年代的苏联式建筑、机场清洁人员使用的粗布拖把、浅绿色油漆粉刷的墙面:一切看上去都与我的预期不相上下。信念的动摇是到了南京以后:机场崭新明亮,高速公路两边栽满鲜花。相形之下,瑞士引以为豪的基础设施一下子显得陈旧过时了。现代化难道不是发达国家才会有的吗?

  刚到中国,我那幼稚的世界观就受到了冲击。我的第一节地理课便是关于打破和重构自己原先理解和搭建的对于世界的陈旧认知。由于仍然受到两极思维和进步观的支配,我总是将发达国家和第三世界、西方国家与其他国家、资本主义和其他民主政权割裂开来看待。我心中的世界版图上,欧洲依旧处于中心位置。这种以欧洲为基准来判定每个地方的远近程度的观念是相当有害的。

  当然,瑞士的面积太小,不足以自称为世界的中心。地点与地点之间的距离太短,对出门旅游的想象力也只是局限在欧洲邻国之间。到了中国以后,我不得不努力适应这里的市中心甚至超出了欧洲许多城市的郊区外沿的事实;另外,那些原来在我眼里十分遥远的国家,比如韩国、日本、尼泊尔,甚至美国,都一下子变近了。在北京语言大学学习的日子就是一次重新认识世界的过程。身为一个外国人,周围又有来自中国众多省份的同学,这使得我开始重新思考自己的身份定位。我不仅只是个有着某些兴趣、爱好和品味的年轻女孩子(这些是我从前用来定义自己的特征),我还被他人定义为一个西方人、一个非英语国家的欧洲人。我和中国同学的对话一点儿也不平庸乏味,有时还很针锋相对,例如“你们中国人……”“你们西方人……”这样一个新赋予我的的身份有时会让我感到不自在,需要时间去习惯和克服它。

  在之后的学习中我发现,日常生活中出现的身份对立和冲突以一个更广泛的性质表现出来,这一问题已经引起学界的很多争论:中国是否在本质上是“他者”?为了便于研究和理解中国,我们是继续沿用西方已有的一套理论体系(如果这套理论能够解释得通中国),还是应该发展出一套新的独有的理论体系?我认为,如果能建立一套特殊的理论,无疑会有助于更为全面的理解,因为中国并非是孤立的个体,而是世界的一个积极组成部分。然而,事实并非总是如此,历史上中国不仅经常被区别看待,而且甚至部分地被排斥在世界之外。但是这一现象现在已经有了明显改观,近几十年来,中国变化巨大,从提出与世界接轨,到建设有中国特色的国际化城市,再到接纳与融入世界,中国的发展日新月异。

  生活在中国,我们没法忽视身边正在发生的变化。不需要保持特别的关注,就能觉察到那些随时随地发生的变化。就举我第一次到南京的例子,一般来说,人会对那些新的城市设施留下深刻印象,这一点儿也不奇怪。所有的大城市都知道要塑造美好形象,搞好城市建设,就得打扮得光鲜漂亮。中国的城市也不例外,比如我们一提到上海,就会想到浦东流光溢彩的摩天大楼。南京相比之下没有那么闪亮,但是道路两边随处可见的工程,给人留下这座城市正在发生着重要事情的感觉。这些重要的事情,我不知道它们具体是什么,但是却足以吊起我的胃口,吸引我之后又回到中国,把她作为我的研究对象。

  许多重要元素构成了我们的空间。比如人们建造的周围环境:墙面、街道、房屋、纪念性建筑。所有这些元素为我们的日常生活划定了界限,标记了地标,赋予我们一种身份。我的一个北京朋友对我说,当他看到伦敦旧明信片上的老建筑物时,感到除了服装和发型外,今日的伦敦和过去并没有什么两样,社会似乎是静止不动的。确实,在欧洲的许多城市,历史遗产在城市中占据了中心地位:房屋、道路甚至树木穿越时间而存在,给予城市环境一种历史延续感。

  在中国的城市,特别是在北京,现代化以一种城市风貌的剧烈变化体现出来。城市的地理变化极其迅速:新建的交通设施连接起偏远街区,缩短了城市中心与郊区的距离;可是同时,堵车又拉远了它们的距离;古老的街道随着街道的生活方式变化一起消失,新的地标性建筑正在拔地而起,不断改变着城市的风貌。北京的外观转变是21世纪初整个中国社会变化风潮的一个缩影,同时也是一个动力。

  一开始,我还是用老欧洲的视角去看待这些变化,对那些美好的城市历史遗迹的消失遗憾不已。然而,另一方面,人们绝少有机会能够观察和亲历这些剧烈的转变。如果说大规模的修建工程动摇了一个城市及其居民的身份标志,同样它也解放出了一股创新性的伟大能量。“不管你喜不喜欢”,罗伯特·肯尼迪在第二次世界大战结束后曾经说,“我们生活在一个精彩的时代。这是一个充满了危险和不确定性的时代,但是相比历史上任何时代,它大大解放了人类创造性的能量。”在北京,你会在与人们的交谈中发现,大家都普遍感到,自己生活在城市和国家的一段独特、转瞬即逝的时刻。在这一日新月异的城市图景中,一切似乎皆有可能。将自己的个人命运与城市联系在一起的念头非常强烈的,就像一位年轻女性所说:“在北京,人们感到自己处在不断的运动变化中,人们随着城市的节奏震颤,跟着城市一起成长。有时我会为那些消逝的旧事物感到遗憾……但美丽的新事物同时层出不穷。我感到自己正生活在一个特殊的年代。”在北京成功准备和举办2008年奥运会、向世界展示它的开放和国际化的那几年,作为一个如此特别、瞬息万变的窗口,北京的活力和能量通过数不胜数的企业、艺术和科研项目完全发挥了出来。

  “一切皆有可能。一切都是新的。一项伟大的事业正在建设中,”“这里有别处找不到的机遇。”——对未来的信心,复兴的意识,城市社会的改变:这些元素都对每个居民的一生、对他们看待自己所在城市的观念产生了极大影响。一些人抓住了机会,而另一些人则迷失了自己的目标。相比之下,保存着历史遗迹、拥有既定秩序的安逸的欧洲城市,一下子显得停滞不前,和世界另一端正在进行中的“中国梦”相距甚远。创造性是靠打破秩序来获取养分的,秩序的打破会损害现有的城市和社会秩序,却并非一定导致混乱。

  与此同时,世界正在变得越来越小,距离越来越近,“曾经的中央帝国也在向着这个趋势发展。”中国正处在上升期已经不是一个抽象的观念,而是可以从北京的变化中实际感知到。北京的国际化、不断提升的魅力、现代化的建筑、慕名而来的游客以及对来自世界各地的商品的强大消费力,都证明了一位市民所说的,“北京已经不再羡慕世界上任何一个城市了。”比如说中国的艺术家,从一开始的复制模仿国外(中国制造),到现在的自主创造潮流(中国创造),并且能够引起大众的关注和喜爱,这就是令人兴奋的进步和成功。他们在自己从事的领域内不断实验,引导着中国从世界的边缘走向中心。当然,不可否认的是,中国有污染、有社会边缘人群以及令人咋舌的房租……但是,某种程度上,这些也是正常的发展道路上的一部分。

  我有幸能够经历和观察到中国这一如此特殊的时期。在北京,我买了很多张不同版本的北京地图,这些地图不断地矫正着我内心的那张世界地图。中国的这一特殊时期还在持续中,但它正在不断变得有序化、正常化。创造性的能量已经以其他的形式表现出来,不那么激烈了,变得有组织性了,更加专注于创新。我常常惊叹于中国人发明新词来描述当下不断变化的社会的能力,例如蚁族、蜗居、创客,等等。在中国,时间、空间的概念比其他任何地方都要强,也引发我们欧洲人思考自身的状况。我告诫自己的学生:到中国去看一看!在中国经历一番的收获几乎等同于在世界转一圈。我认为,面对当今世界的复杂性,每一节这样的地理课都是无比珍贵的。

  飞雅

  1980年出生,1999年在北京语言大学留学, 现任瑞士教育、科研和创新国务秘书处国际部代理主任。

Re-mapping space and knowledge


"Certain countries act like drugs. This is true of China, which has the amazing ability to make anyone who has been there – and even those who speak about it – conceited.” wrote Amélie Nothomb in ‘Loving Sabotage’. But “snobbery doesn’t explain everything”, she continues, since “the part played by fantasy is huge and invincible.” This is probably due to its immense size, the length of its history, the ‘otherness’ it represents for the West… Nobody leaves China without a collection of images, stories, fears and fascination. More than any other country, China does not tolerate indifference.

I visited for the first time in the '90s, with my classmates. To us teenagers at the end of the last millennium, the world still seemed vast. Low-cost airlines had not yet democratised air travel, the internet had only made a shy appearance into our lives, globalisation mainly rhymed with Americanisation, and Made in China was not yet emblazoned on all our belongings. China, therefore, was a destination which really was out-of-the-ordinary. I don’t know what my classmates remember from that week in Nanking. For me, the journey was a real geography lesson – the first in a long line, gained on each of my visits to China.

From childhood, we usually remember geography as a daunting memory test of a long list of places, which we had to locate on a map. In reality, geography is far more exciting because it teaches us about space; that is, the way in which we manage our everyday lives, images which we associate with places, the reference points and distances with which we measure what is nearby and what is far away.

If I had to choose one single image from that first visit, it would be of a world turned upside-down. I couldn’t have described to you the China that I imagined precisely, but it certainly did not resemble the one which I saw. My first impression was of Beijing airport. Up to that point, no surprises. Its 1950s Soviet-inspired architecture, the workers’ giant cleaning cloths, pale green walls: everything just as I imagined. It was in Nanking that my faith was shaken: the airport was brand new and shiny, and the motorways lined with flowers. Swiss infrastructure, despite being the pride and joy of our country, seemed suddenly obsolete. Wasn’t modernity only allowed in developed countries?

I had scarcely arrived, and already my naïve view of the world was being questioned. My first geography lesson was therefore one of beginning to restructure the manner in which I had been taught to understand the world and its hierarchies. Still blinded by the bipolar model and the notion of progress, this was what distinguished the 'developed' world from the Third World, the West from the rest, capitalism and democracy from other regimes. On the map of the world that I knew, Europe was at the centre. Far from being meaningless, this representation of things had classified what I considered near or far, what was central and what was peripheral.

Switzerland is far too small to think of itself at the centre of the world, especially since distances are so short; so we can imagine ourselves only in relation to our neighbours. When I returned to China, I had to make a mental effort to shift the centre of things there, where previously my periphery had been; suddenly, all the other countries which I had considered to be far away grew closer: Korea, Japan, Nepal and even the United States, to name but a few. Life on campus at the Beijing Language and Culture University was, in fact, a lesson in daily life. In a minority and confronted by the multitude of backgrounds of other students, I had to re-consider my own identity. I was no longer just a woman, young, with certain tastes and interests, characteristics which I had used up until then to define myself; but I was also seen as Western, European and non-English-speaking, with all that that meant to those I met. Often, conversations were simply a banal exchange between two people, but seemed to replace “you Chinese” with “you Westerners”. This new identity label, which I had not yet got to grips with, sometimes made me uneasy, and it took time to own it in order to be able to move past it.

This facing up to daily situations opened up far more general questions that I came across again later, during my studies, and which are the cause of much debate among researchers: is China fundamentally ‘different’? In order to understand it, can we apply a body of theory mostly developed in the West (if that even means anything) or do we have to develop entirely new theories? Personally, I think that if specific theories are elaborated upon, these will automatically give rise to a better total understanding, since China does not exist in isolation, but plays an active part in the world. However, that has not always been the case, and China has often positioned itself as not merely different from, but also as not entirely belonging to the rest of the world. This view has changed completely in the last few decades, moving from a world which it needs to catch up with, to one which is familiar (a world city with Chinese characteristics) and which can be influenced.

Living in China, it’s impossible to ignore the changes that are taking place. There is no need to be particularly cultured to notice; transformations are visible in everyday places. Thinking back to my first impressions of Nanking, in hindsight, it’s hardly surprising that its new infrastructure made such an impact on me. Every big city knows that to make a good impression, it needs to be ‘well dressed’. Chinese cities are no exception and it’s impossible to think of Shanghai, for example, without imagining the shining, glittering skyscrapers of Pudong. Nanking was certainly a little less glitzy, but the large number of building sites, visible on every street corner, gave one the impression that something was underway. Something significant. I didn’t know what it was, but it intrigued me enough to make me want to go back to China and – much later – to make it the focus of my research.

There are several important elements that shape our space. The built environment is one of these: the walls of our home, the streets, the buildings, the monuments: all these elements define our day-to-day lives, become our bearings, give us an identity. One day a friend from Beijing explained that in looking at old postcards of London, he had the impression that, apart from the clothes and the hairstyles, nothing had changed. That society was static. It’s true that in many European towns, heritage is central: the houses, the roads and even the trees transcend time and give a sort of continuity to urban communities.

In Chinese cities, and in Beijing in particular, modernisation translates into a radical transformation of the urban landscape. The whole geography of the city has been destabilised: new infrastructure has effectively brought distant neighbourhoods closer, traffic jams have then separated them again, ancient neighbourhoods, with their traditional ways of life, have disappeared; new monuments have emerged from the earth to change, forever, the face of the city. The physical moult of Beijing was simultaneously a mirror and a driver of the transformations which define Chinese society at the start of the millenium.

For once, I felt very European when confronted with these changes, regretting the disappearance of the impressive urban heritage. Yet it’s rarely possible to experience such vast changes, and if these building sites have obliterated the identity of the city and its inhabitants, they have also unleashed a formidable creative energy. As Robert Kennedy was quoted as saying at the end of the Second World War, "Like it or not we live in interesting times. They are times of danger and uncertainty; but they are also more open to the creative energy of men than any other time in history.” In Beijing, the sense of living through a special, but fleeting, period in the history of the city and the country was always present in conversations. In this unstable landscape, suddenly anything seemed possible. It was very tempting to link personal destiny to that of the city: as a young woman describes vividly, "In Beijing, it’s like you’re in motion, you’re moving with the city, beating with the city. Sometimes you feel it’s a pity because old things are being demolished… but sometimes, new good things are built up. You feel like you’re in this very special time; you feel like you’re growing up with the city”. In this special little moment in time, when Beijing is preparing to welcome a successful Olympic Games, thus establishing its membership in the ranks of world cities, the energy generated is manifesting itself in countless new projects by entrepreneurs, artists and researchers.

"Everything is possible, everything is new. It’s a big construction site." "I have opportunities here which I wouldn’t get anywhere else" – confidence in the future, the sense of renewal, the advent of an urban society; all these elements have had a huge impact on the life of the inhabitants and their view of their city. Some have grabbed the opportunity, and some have lost their bearings. In comparison, European cities, with their comfort, history and their well-established ways, seem suddenly frozen-in-time, far from The China Dream. The creativity is nourished by a sort of organised disorganisation, which breaches the established urban social order, without descending into total chaos.

At the same time, the world seemed closer than ever and particularly "The centre of the world was moving in this direction". The feeling of the ascent of China was not just an abstract notion, but had an effect on how the capital was perceived. Its ever more international character, its growing attractiveness, its modern architecture, its tourists, the availability of products from all over the world … all of this, according to one local, bore witness to the fact that "Beijing is no longer playing second fiddle to the rest of the world". For artists, for example, the transformation from imitator (Made in China) to innovator (Created in China) in the world was quite exhilarating. They were experiencing, on different levels, the movement of China from the edge towards the centre of things. Of course there was still the pollution, those left behind, the exorbitant rents … nobody was denying there were problems, but in some ways they were all just part of the ‘normal’ process of development.

I had a chance to live and observe this unique period, and several times I had to buy new maps of Beijing and readjust my own internal map of the world. The period has almost certainly not finished yet, but it is almost definitely becoming normalised. The creative energy is taking other forms; less brutal, more organised, focused on innovation. I have always been fascinated by the capacity of the Chinese to invent new words to describe the current changing state of things. There have been ‘tribes of ants’, ‘snail-houses’, ‘hacker-entrepreneurs’ etc. There is no doubt the sense of time (where we are in relation to the past and the future) and space is stronger there than elsewhere and encourages us to reflect on our own self-image. That’s the message that I give my students: go and see! To experience China is to experience the world. I think that today, faced with the complexity of the world around us, every geography lesson is precious.



Beatrice FERRARI

BeatriceFerrari,was born in 1980.She studiedat Beijing Language and Culture University in 1999. She is deputy leader ofdivision, International Relations, Secretary of State for Education, Research and Innovation(SERI) in Switzerlandnow .





Leçons de géographie



« Certains pays agissent comme des drogues. C’est le cas de la Chine, qui a l’étonnant pouvoir de rendre prétentieux tous ceux qui y sont allés – et même ceux qui en parlent » écrit Amélie Nothomb, dans le Sabotage Amoureux. Mais le « snobisme n’explique pas tout », poursuit-elle, car « la part du fantasme est énorme et invincible. » Cela tient sans doute à sa taille démesurée, à la longueur de son histoire, à l’altérité qu’elle incarne face à l’Occident… on ne part pas en Chine sans une collection d’images, d’histoires, de peurs et de fascination. Plus que tout autre pays, la Chine ne laisse pas indifférents.

Je m’y suis rendue pour la première fois dans les années 90, avec mes camarades du lycée. Pour nous autres adolescents de la fin du millénaire, le monde semblait encore très vaste. Les compagnies low-cost n’avaient pas encore démocratisé l’avion, internet venait de faire une timide apparition dans notre quotidien, la globalisation rimait principalement avec américanisation et le made in China n’était pas encore affiché sur tous nos objets. La Chine, donc, était une destination qui sortait vraiment de notre ordinaire. Je ne sais pas ce que mes camarades de classe ont retenu de cette semaine passée à Nankin. Pour ma part, ce voyage a été une véritable leçon de géographie – la première d’une longue série, apprises à chacun de mes séjours en Chine.

De l’enfance, on garde habituellement un souvenir de la géographie comme la mémorisation rébarbative d’une longue liste de lieux, qu’il fallait situer sur une carte. En réalité, la géographie est bien plus passionnante car elle nous parle d’espace, c’est-à-dire de la manière dont on aménage notre quotidien, des images que nous associons aux lieux, de nos repères et des distances, à travers ce que l’on considère comme proche ou lointain.

Si je ne devais sélectionner qu’une seule image de ce premier voyage, ce serait celle d’un monde sens dessus dessous. Je ne pourrais vous décrire exactement la Chine que j’imaginais, mais elle ne ressemblait certainement pas à celle que j’ai vue. Ma première impression a été celle de l’aéroport de Pékin. Jusque-là, aucune surprise. Son architecture d’inspiration soviétique datant des années 50, les serpillères géantes des employées, la peinture vert pâle de ses murs : tout semblait bien correspondre à mes attentes. C’est à Nankin que mes certitudes ont été ébranlées : l’aéroport était flambant neuf et lumineux et les autoroutes, bordées de fleurs. Les infrastructures suisses, pourtant fierté de notre riche pays, semblaient tout à coup obsolètes. La modernité n’était-elle donc pas réservée aux pays développés ?

J’étais à peine arrivée que déjà, ma vision naïve du monde était remise en question. Ma première leçon de géographie fut donc celle de commencer à restructurer la manière dont on m’avait appris à comprendre et hiérarchiser le monde. Encore teintée par le modèle bipolaire et la notion de progrès, celle-ci distinguait le monde développé du tiers monde, l’Occident du reste, le capitalisme et la démocratie des autres régimes. Sur la carte du monde que je connaissais, l’Europe était au centre. Loin d’être anodine, cette représentation avait organisé ce que je considérais comme proche ou lointain, ce qui était au centre ou en périphérie.

La Suisse est bien trop petite pour se croire au centre du monde, d’autant plus que les distances sont si courtes, qu’on ne peut s’imaginer qu’en relation à nos voisins. Quand je suis retournée en Chine, j’ai dû faire l’effort de faire basculer le centre là où avant se trouvait ma périphérie ; tout à coup, tous les autres pays que je considérais lointains se sont rapprochés : la Corée, le Japon, le Népal, et même les États-Unis, pour n’en citer que quelques-uns. La vie sur le campus de l’Université de langues et cultures à Pékin a donc été un apprentissage du monde au quotidien. Minoritaire et confrontée à la multitude de provenances des étudiants, j’ai également dû réfléchir à mon identité. Je n’étais plus seulement une femme, jeune, avec certains goûts et intérêts, des caractéristiques que j’avais jusque-là utilisées pour me définir, mais j’étais aussi perçue comme occidentale, européenne et non anglophone, avec tout ce que cela pouvait évoquer chez mes interlocuteurs. Souvent, les conversations n’étaient pas qu’un banal échange entre individus, mais semblaient opposer « vous les Chinois » à « vous les Occidentaux ». Ce nouveau bagage identitaire, que je ne maîtrisais pas, m’a parfois mise mal à l’aise et il a fallu du temps pour me l’approprier et le dépasser.

Cette confrontation de positions vécue au quotidien était révélatrice d’une question plus générale, que j’ai retrouvée par la suite dans mes études et qui génère de nombreux débats parmi les chercheurs : la Chine est-elle fondamentalement autre ? Peut-on appliquer, pour la comprendre, un corpus théorique généralement développé en Occident (si tant est que cela corresponde à quelque chose) ou faut-il développer des théories uniques ? Pour ma part, je défends l’idée que si des théories spécifiques sont élaborées, celles-ci contribuent d’emblée à une meilleure compréhension globale, puisque la Chine n’est pas un « objet isolé » mais une partie active du monde. Pourtant, ça n’a pas toujours été le cas, et la Chine s’est souvent positionnée non seulement comme différente mais aussi comme ne faisant pas entièrement partie du monde. Cette vision a profondément changé, au cours des dernières décennies, passant du monde qu’il faut rattraper (与世界接轨), à celui qui est familier (a world city with Chinese characteristics - 中国特色世界城市) et que l’on peut influencer.

Lorsque l’on vit en Chine, on ne peut ignorer que des changements sont en cours. Nul besoin d’être particulièrement cultivé, les transformations se perçoivent dans tous les espaces du quotidien. En repensant à ma première impression de Nankin je me dis, à postériori, que ce n’est pas si surprenant que je me sois laissé impressionner par ses nouvelles infrastructures. Toutes les grandes villes savent que pour faire bonne impression, elles doivent être « bien habillées ». Les villes chinoises ne font pas exception et on ne peut, par exemple, penser à Shanghai sans imaginer les gratte-ciel de Pudong, scintillant de lumières. Nankin était sans doute moins clinquante, mais le grand nombre de ses chantiers, visibles à tous les coins de rue, donnaient l’impression que quelque chose était en train de se passer. Quelque chose d’important. Je ne savais pas ce que c’était, mais cela m’a suffisamment intriguée pour me donner envie de revenir en Chine et – bien plus tard – d’en faire le sujet de mes recherches.

Il y a plusieurs éléments importants qui structurent notre espace. L’environnement bâti est parmi ceux-ci : les murs de notre logement, les rues, les bâtiments, les monuments : tous ces éléments délimitent notre quotidien, créent des repères, nous donnent une identité. Un jour, un ami de Pékin m’a expliqué qu’en regardant de vieilles cartes postales de Londres, il avait l’impression qu’à part les vêtements et les coupes de cheveux, rien n’avait changé. Que la société était immobile. Il est vrai que dans de nombreuses villes européennes, le patrimoine est central : les maisons, les routes et mêmes les arbres traversent le temps et donnent une forme de continuité aux sociétés urbaines.

Dans les villes chinoises, et à Pékin en particulier, la modernisation s’est traduite par une transformation radicale du paysage urbain. Toute la géographie de la ville est devenue instable : les nouvelles infrastructures ont rapproché les quartiers lointains, les embouteillages les ont éloignés à nouveau, les quartiers anciens, avec leurs modes de vie, ont disparu, de nouveaux monuments sont sortis de terre pour changer, durablement, l’image de la ville. La mue physique de Pékin était à la fois un miroir et un moteur des transformations qui caractérisaient la société chinoise au début du millénaire.

Pour une fois, je me suis sentie très européenne face à ces changements, regrettant la disparition de ce formidable patrimoine urbain. Pourtant, on a rarement l’occasion d’observer et de vivre de tels changements et si ces chantiers ont ébranlé l’identité de la ville et de ses habitants, ils ont aussi libéré une formidable énergie créative. « Que cela vous plaise ou non », aurait dit Robert Kennedy, au sortir de la deuxième guerre mondiale, « nous vivons des temps intéressants. C’est une ère de dangers et d’incertitudes, mais, plus que toute autre période de l’histoire, elle est ouverte à l’énergie créative des hommes. » A Pékin, la conscience de vivre un moment particulier mais éphémère dans l’histoire de la ville et du pays était omniprésente dans les conversations. Dans ce paysage instable, tout semblait tout à coup possible. La tentation d’associer son destin à celui de la ville était forte : comme le décrivait très bien une jeune femme, « à Pékin on se sent en mouvement, on vibre avec la ville, on grandit avec elle. Parfois, j’ai de la peine face à tout ce qui disparaît… mais parfois ce sont de belles choses qui émergent. J’ai l’impression de vivre une époque vraiment spéciale. » Dans cette fenêtre temporelle si particulière, alors que Pékin se préparait à accueillir les Jeux Olympiques avec succès, marquant ainsi son appartenance aux villes du monde, l’énergie générée s’est matérialisée dans d’innombrables projets d’entrepreneurs, d’artistes, de chercheurs.

« Tout est possible, tout est nouveau, c’est un grand chantier », « ici, j’ai des opportunités que je n’aurais nulle part ailleurs » - la confiance en l’avenir, le sens du renouveau, l’avènement d’une société urbanisée : tous ces éléments ont eu un impact fort sur le parcours des habitants et la vision qu’ils avaient de leur ville. Il y a ceux qui ont saisi leur chance, et ceux qui ont perdu leurs repères. Par comparaison, les villes européennes, avec leur patrimoine, leur confort et leur ordre bien établi semblaient soudain figées, loin du Rêve chinois (中国梦). La créativité se nourrit d’une forme de désordre organisé, qui ouvre des brèches dans l’ordre urbain et social établi, sans toutefois tomber dans le chaos.

En même temps, le monde semblait plus proche et surtout, « le centre du monde était en train de glisser dans cette direction ». La conscience de l’ascension de la Chine n’était pas qu’une notion abstraite, mais avait un effet sur la perception de la capitale. Son caractère de plus en plus international, son attractivité croissante, son architecture moderne, ses touristes, la possibilité de consommer des produits du monde entier… tout ceci témoignait, selon un habitant, que « Pékin n’a plus rien à envier aux autres villes du monde ». Chez les artistes par exemple, le passage de celui qui copie (made in China) à celui qui crée des tendances (created in China), intéressantes pour le reste du monde, avait quelque chose de grisant. Ils expérimentaient, à leur échelle, le mouvement de la Chine de la périphérie vers le centre. Bien sûr, il y avait la pollution, les laissés-pour-compte, les loyers exorbitants… personne ne niait ces problèmes, mais ils faisaient, en quelque sorte, partie du chemin « normal » du développement.

J’ai eu la chance de pouvoir vivre et observer cette période si particulière et j’ai dû, à de nombreuses reprises, acheter de nouvelles cartes de Pékin et réajuster ma propre carte du monde. Cette période n’est sans doute pas terminée, mais elle est certainement en phase de normalisation. L’énergie créative prend d’autres formes, moins brutes, plus organisées, focalisées sur l’innovation. J’ai toujours été fascinée par la capacité des Chinois à inventer de nouveaux mots pour décrire la condition contemporaine changeante. Il y a eu les tribus de fourmis (蚁族), les maisons d’escargot (蜗居), les hacker-entrepreneurs (创客), etc. Le sens du temps (où se situe-t-on par rapport au passé et au futur) et de l’espace y est sans doute plus fort qu’ailleurs et nous incite à réfléchir sur notre propre condition. C’est le message que je donne à mes étudiants : allez voir ! Une expérience en Chine est d’emblée aussi une expérience du monde. Je crois qu’aujourd’hui, face à la complexité du monde, chaque leçon de géographie est précieuse.



Beatrice FERRARI

Mme Beatrice FERRARI est née en 1980. En 1999, elle a étudié à l’Université des langues et cultures de Beijing. Elle est cheffe suppléante au sein de la division des Relations internationales du Secrétariat d'État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI).



· 地理课-空间和知识的重新定位

· Re-mapping space and knowledge

· Leçons de géographie

浏览次数: 】【打印】【关闭

Copyright © 2013 All Rights Reserved   中国驻瑞士大使馆教育处版权所有
Education Office of Embassy of PRC @ Bersetweg 6, CH-3073 Gümligen
京ICP备05064741号-12