首页
留瑞须知
留学登记
回国证明
国家公派
为国服务
瑞士高等教育
汉语教学
瑞士学联

教育处日常对外办公时间:

周一至周五
8:30-12:00 14:30-17:00

星期六、星期日及公共假期休息。

教育处地址:
Bersetweg 6 3073 Gümligen
大使馆地址:
Kalcheggweg 10, 3006 Bern

(国家公派留学人员办理报到手续,请打电话提前预约。)

 

  
  中华人民共和国教育部
  中华人民共和国科技部
  中国驻瑞大使馆
  国家留学基金委
  中国留学服务中心
  中国教育科研网
  神州学人
  中国教育网紧急响应组
  国家汉办
  人民日报海外版
  中国教育报
  swissinfo
  瑞士经济部职教司
  瑞士大学校长联席会议
  中国教育国际交流协会
 
 
  
  

 

【瑞士留华校友撰文(十二)】关于中国的七个小感悟……

2017-04-28

作者:安羽

  北京机场。2004年8月。我和我的同学辛迪走出机场,准备拦出租车。我有点紧张,身边围着一大群人,闹哄哄地没个完。他们走上前问我,“打车吗?打车吗?”我答应了其中一个,为我们找到一辆车而松了一口气。可是这时我还没有意识到自己已经不在服务稀缺、物价昂贵的瑞士了。在这里是人们主动前来寻求提供服务。下次我可得机灵点。辛迪对我说我们不应该这么快就答应别人,而是得先讨价还价一番。最后我们大概付了正常价钱的三倍车钱。我怎么可以这么幼稚呢?感悟一:学会讨价还价,切记切记。

  到了北京语言大学后,我和同班同学倪(Nhi)共住一间宿舍。她比我早来一段时间,之后会留在这所学校继续学习,而我计划去别的地方。我和班上的其他一些同学一起办理转往其他大学的迁移手续,结果发现我们的奖学金申请材料被“遗留”在了瑞士,这才导致所有学生都被领到了同一所大学。最后我们自己设法解决了问题。感悟二:学会灵活办事和适应各种环境,因为在中国,没有什么事情是可以预见的。

  中午饭。到了中国后,我们几个人第一次到校外的一家餐馆吃饭。一个身材高大、举止优雅的中国男子走进来,坐在我们旁边的一张小一点儿的餐桌旁。听见我们用结结巴巴的中文点菜,他对我们笑了笑。“你们从哪里来?”他用英语问道。我们邀请他坐过来,以便进一步交谈。我们向他解释了正在为选择去哪所学校而为难的状况。我和他说起一个朋友推荐我去大连。“大连?我就是大连人!”他接着说,“如果你想去大连,那就去大连理工大学吧。这所学校有点偏远,但至少你不会老想着在城里到处疯玩儿。有一所学校在市中心,可是里面欧洲的留学生太多了。我就建议你这么多。”我感到这位中国男子十分友好、热情,一点儿也不见外。这和我们瑞士人“不愿意去打扰别人”的拘束心理大不一样,令我耳目一新。感悟三:保持开放的思维意识,无限的可能性就会向你敞开。

  我抵达大连机场,一位张先生拿着一块写有我名字的牌子来接机,和他一块儿来的还有一位司机,一起接我回学校。张先生是做行政工作的,但他自称“老师”,以至于我一直以为他从事的是教学工作……我想我还得继续好好学习中文。我们到了我将入住的宿舍门口,想到自己即将和另一个人分享这间屋子,我在心里默念自己能和新的室友相处愉快。亚纪子(Akiko)是日本人,此时她还在睡觉,大概是没料到我们会到得这么早。“哦,老师好。”她和我们打了个招呼,看上去非常和气。我感觉我们应该能相处得不错……这时我开始有点感谢我父亲的一位合伙人了,她是中国人,多亏她帮助我在这所大学里找到了这间宿舍。感悟四:如果你想做成什么,就好好动用你的“关系”(人际脉络)。

  由于我到学校时,课程已经开始一周了,我被允许根据自己的喜好自主选择某一难度的课程。学校向我推荐了符合我实际水平的一种课程以及另一种稍微难一些的课程。我从来都是个喜欢啃硬骨头的人,所以就选了高级班,心里明白自己以后可是一刻也不能闲着了。在课上,老师一连讲了45分钟没有停下来,这下我可傻了眼。我尝试着去听懂一些字词,可是最后我意识到,唯一听明白的一句话只是“回家作业”。于是,整整三个月,我奋战在学海中,往脑子里塞满各种词汇,反反复复地背课文,感觉自己的脑袋都要爆炸了……但是,慢慢地,我能够听懂老师讲课的内容了,舌头也不打结了,开始往外蹦出了已经学过的词汇。终于有一天,我感到自己顿悟了。那些原来像谜一般的字词终于以符合逻辑的顺序乖乖地排列在了一起。我的理解能力提高了,学起来也更得心应手,就好像原来笼罩在我大脑中的迷雾逐渐散开,一幅美丽的风景清晰地展现出来。有一天,老师在课上对大家宣布:“我想祝贺班上的两位同学,他们在最近的几个月里获得了很大进步,跟上了全班的水平。”她说的是我和我同桌的一位日本同学。感悟五:勤奋学习,你会得到回报的!

  我很喜欢旅游,因为我喜欢品尝各地的美食,在中国的这一年我的体重估计增长了5公斤。我还记得大清早在小摊上吃早饭的场景,蘸着醋吃小笼包、喝着热豆浆;大冬天那一碗热乎乎堆满了各式蔬菜和肉的粥,其中我最喜欢的要数皮蛋粥了;晚上的烤串摊边上,一边吃着一串串的烤鸡心,一边喝啤酒。还有中国著名的火锅,现在每次回想起来都要流口水。中国不同的地域催生出了不同的菜肴和各式各样的烹饪方式,令我感到十分惊奇。我记得有一次问一个出租车司机他最喜欢吃什么菜。他愣住了,没回过神来回答我的问题。我想中国大概是有多少个村庄就有多少道菜肴吧。我在中国的东南西北部都旅游过,这一点可以确定。感悟六:如果你想完全融入一个国家的文化,那就好好地敞开你的胃,享受她的美食吧。

  2005年7月回瑞士后,我花了好几个月的时间重新适应这边的慢节奏和人们“彬彬有礼”的习惯。在取得汉学硕士学位后,2007年8月我再次出发前往中国,这一次是为了工作。先在一家体育类的公司工作,接着在厦门附近的一所大学里教法语和英语,最后到了北京。我想做些和瑞士有关的工作,于是在瑞中商会北京分部找到了一个实习岗位。三个月后,我被正式聘为商会的公关传播负责人。很快,四年以后,我开始承担商会的领导工作。2013年3月,我去马来西亚的瑞士大使馆工作了几个月,随后回到瑞士。回来以后的日子有点让人难以忍受,感觉自己完全脱离了亚洲的那种活力。经过了一年的找工作过程,2014年10月,我开始在洛桑大学的校友会担任组织和协调人的工作。另外,我还试着和一个朋友一起学习交流,希望能够保持自己的汉语水平。同时,出于兴趣爱好,我参加了一个草药经营方面的培训班。天知道,或许有一天我能够把汉语和对草药的热爱结合在一起呢……无论如何,我心里明白,自己和中国的缘分还在继续。感悟七:一切由着自己的心意,该来到的总会来到。

未完待续……

  安羽

  1980年出生, 2007年获得汉学硕士学位, 2004/2005学年在大连理工大学留学,现为洛桑大学校友会组织协调人。

China in 7 short lessons …

Beijing Airport. August 2004. I step outside towards the taxi rank with Cindy, my classmate. I’m a little stressed, there’s a frenzy all around me, coming from all directions, with endless noise; people approach me and ask, "Taxi? Taxi?". I say yes, a little relieved that we’ve found transport. I still don’t understand that we're not in Switzerland, where these things are rare and expensive. Here it’s the service that finds me. I’ll be smarter next time. Cindy made me realise that we shouldn’t have accepted straight away, that we should have negotiated. We’ve probably paid three times the price we would have for an official taxi. How could I be so naïve? Lesson 1: Always negotiate.

I’m at Beijing Language and Culture University in the same room as Nhi, a classmate who arrived a few days before us. She’s going to stay here to study, I’m going somewhere else. Some other classmates and I are preparing to be transferred to our chosen universities. Our bursary stipulations have been ‘forgotten’ in Switzerland and we’ve all been sent to the same place. We have to sort ourselves out. Lesson 2: be flexible and make the best of your situation, because in China nothing is predictable.

Midday meal. A few of us are eating for the first time in a restaurant off-campus. A tall, elegant Chinese man enters. He sits at a smaller table next to ours. Hearing us order our meals in broken Chinese, he smiles at us. "Where do you come from?", he asks in English. We invite him to join us at our table to continue the conversation. We explain our dilemma with the choice of universities. I tell him about Dalian, which a friend recommended to me. "Dalian? I’m from Dalian!""If you want to study there, go to the Dalian University of Technology, it’s not in the centre, but at least you won’t be tempted to go partying. The other university is in the city-centre and there are too many Europeans. That’s my advice." I find this Chinese man very friendly, helpful and open. It’s a change from the uptight Swiss mentality of ‘I daren't interrupt...'. Very refreshing. Lesson 3: Keep an open mind and infinite possibilities open up to you.

I arrive at Dalian airport. A man holds a placard with my first name written on it; he’s come to meet me with a chauffeur, to drive me to the university. Mr Zhang is in charge of administration, but he calls himself a ‘laoshi’. I thought that meant a teacher … I realise I have a lot to learn about this language. We arrive at the door of my future room that I will share with another person. I hope I’ll get on with her. Akiko is Japanese. She’s still half-asleep, she didn’t expect us this early. " 哦,老师好." She seems very nice. I think we'll get on … I silently thank my father’s colleague who is Chinese and who helped me to find a place in this university. Lesson 4: If you want something, use your guanxi (contacts).

Since I arrived a week after lessons began, I can choose the level at which I’d like to study. I’m offered a class at my level and one a bit above. Never one to choose the easy way, I opt for the difficult class where I know I won’t have time to get bored. The teacher talks for 45 minutes non-stop. I stare at her open-mouthed. I try to understand a few words and realize the only thing I’ve understood is ‘homework’. So, for three months I knuckle down, cram my head with vocabulary, recite texts till I feel like my head will explode … but little by little I understand a bit more of what my teacher is saying, my tongue unties itself, I use vocabulary that we’ve learnt. And one day, it clicks. Suddenly the pieces of the puzzle all fall into place. I understand better and I learn more easily, as if the fog in my head has revealed a beautiful landscape. One day, the teacher makes an announcement to the whole class: ‘I would like to congratulate two students who have made huge progress in the last few months and who have caught up to the level of the class.’ She was talking about my Japanese neighbour and me …Lesson 5: Work hard and you’ll reap the reward!

I like to travel because I like to eat, and I must have gained 5 kilos during the year I was studying. I remember our breakfasts of xiaolongbao (little steamed dumplings) very early in the morning at a little shop, drinking hot soya milk and dunking our dumplings in vinegar; the rice porridge zhou, which warmed you up in winter with combinations of a varying assortment of vegetables and meat to accompany it. My favourite was hundred-year-old eggs; evenings of kaochuan where I tasted chicken-heart kebabs, washed down with beer. And the famous Chinese fondue huoguo, which makes me drool just thinking about it. The variety of dishes, and the diversity of cuisine in different parts of China never fail to astonish me. I remember once asking a driver what his favourite food was. He didn’t answer, not understanding my question. China probably has as many dishes as there are villages. I have travelled to all corners of the country and I can vouch for that. Lesson 6: If you want to immerse yourself in the culture of a country, fill your stomach with its food.


After I returned home in July 2005, it took me several months to readjust to the slow Swiss pace and ‘polite’ habits of the Swiss people. I finished my Masters in Sinology and returned to China in August 2007. But this time to work. First of all for a sports company, then as a French and English teacher in a university near Xiamen, then in Beijing. Wanting to reconnect with Switzerland, I found an internship at SwissCham, the Swiss-Chinese Chamber of Commerce, in the capital. Three months later, I was taken on there as head of communications; things moved fast and, four years later, I was leading the organisation. I left for Malaysia in March 2013 on behalf of the Swiss Embassy, before returning to Switzerland. The return was difficult, totally different from the oriental dynamic. After 12 months of research, since 2014 I’ve been working as the co-ordinator of the Alumni Association for the University of Lausanne. I’ve tried to keep up my Chinese by practising with a friend. At the same time, I’ve been training in herbalism just for the fun of it. Who knows? Maybe one day I could combine my Chinese with my passion for medicinal plants … in any case, I know I’m not done with China yet. Lesson 7: let your heart guide you, and your destiny will find you.

Jeyanthy GEYMEIER

Jeyanthy Geymeier was born in 1980, she got Masters Degree in Sinology in 2007 and studiedinDalian University of Technology from 2004 to 2005. She is the Coordinator of theALUMNILNetwork inUniversityof Lausanne.

La Chine en 7 brèves leçons…


Aéroport de Pékin. Août 2004. Je sors avec Cindy, mon amie de classe sur l’allée des taxis. Je suis un peu stressée, il y a une frénésie autour de moi, du monde partout, du bruit à n’en plus finir, des gens viennent vers moi et me demandent « taxi ? taxi ? ». Je dis oui, un peu soulagée que nous ayons trouvé un transport. Je ne sais pas encore que nous ne sommes pas en Suisse où les choses sont rares et chères. Là c’est le service qui vient à moi. Je serai plus maline la prochaine fois. Cindy m’a fait remarquer qu’on n’aurait pas dû accepter tout de suite, on aurait dû négocier. Nous avons payé sans doute le triple de ce que nous aurions dû payer avec un taxi officiel. Comment ai-je pu être aussi naïve ? Leçon 1 : Négocie, toujours.

Je suis à l’Université des langues et des cultures de Beijing 北京语言大学dans la même chambre que Nhi, une camarade de classe arrivée quelques jours avant nous. Elle va rester étudier ici, moi je vais aller ailleurs. Avec d’autres de ma classe nous sommes en train de faire des démarches pour être transférés dans l’université de notre choix. Nos demandes de bourses ont été « oubliées » en Suisse, et on nous a tous placés au même endroit. C’est à nous de nous débrouiller. Leçon 2 : Soit flexible et adapte-toi à toutes les situations, car en Chine, rien n’est prévisible.

Repas de midi. Nous sommes quelques-uns à manger pour la première fois dans un restaurant en dehors du campus. Un grand et élégant chinois entre. Il s’asseye à une table plus petite à côté de la nôtre. En nous entendant commander nos plats dans un chinois hésitant, il nous sourit. « D’où venez-vous ? » demande-t-il en anglais. Nous lui proposons de nous rejoindre à notre table pour poursuivre la conversation. Nous lui expliquons notre dilemme pour notre choix d’université. Je lui parle de Dalian, qu’un ami m’a recommandé. « Dalian ? Je suis de Dalian ! ». « Si tu vas étudier là-bas, vas à la Université de technologie de Dalian 大连理工大学, elle est un peu excentrée, mais au moins tu ne seras pas tentée d’aller faire la fête. L’autre uni est au centre-ville et il y a trop d’européens. C’est ce que je te conseille. » Je trouve ce Chinois très amical, serviable et ouvert. Ça change de la mentalité suisse coincée qui « n’ose pas déranger. » Très rafraîchissant. Leçon 3 : Reste ouvert et les possibilités infinies s’ouvriront à toi.

J’arrive à l’aéroport de Dalian. Un homme tient une pancarte avec mon prénom écrit dessus, il est venu me chercher pour me conduire à l’université avec un chauffeur. Monsieur Zhang s’occupe de l’administration, mais il se définit comme un « laoshi ». Je croyais que cela voulait dire un enseignant… Je sens que je n’en ai pas terminé avec cette langue. On arrive devant la porte de ma future chambre que je vais partager avec une autre personne. J’espère que je m’entendrais bien avec elle. Akiko est japonaise. Elle est encore un peu endormie, elle ne nous attendait pas aussi tôt. « 哦,老师好. » Elle me paraît très sympathique. Je sens qu’on va bien s’entendre… J’ai une petite pensée de gratitude pour l’associée de mon père qui est Chinoise et qui m’a aidée à trouver cette place dans cette université. Leçon 4 : Si tu veux quelque chose, fait fonctionner tes guanxi (relations personnelles).

Comme je suis arrivée une semaine après le début des leçons, je peux choisir le niveau dans lequel j’aimerais étudier. On me propose une classe à mon niveau et une autre à un niveau un peu supérieur. Je suis quelqu’un qui ne cherche jamais la facilité, j’opte pour le niveau supérieur où je sais que je n’aurais pas le temps de m’ennuyer. La prof parle et parle pendant 45 minutes non-stop. Je la regarde bouche-bée. J’essaie de comprendre quelques mots et me rends compte que la seule chose que j’ai compris c’est « devoirs à la maison ». Alors, pendant trois mois je m’accroche, je me bourre le crâne de vocabulaire, je récite les textes, jusqu’à ce que ma tête menace d’exploser… mais petit à petit je comprends mieux ce que la prof. me dit, ma langue se délie, j’utilise le vocabulaire qu’on a appris. Et un jour, j’ai un déclic. Les morceaux du puzzle semblent se mettre tous ensemble dans un ordre logique. Je comprends mieux et j’apprends plus facilement, comme si tout le brouillard dans ma tête s’était dissipé pour dévoiler un beau paysage. Un jour, la prof fait une annonce à toute la classe : « J’aimerais féliciter deux élèves qui ont fait énormément de progrès ces derniers mois et qui ont rattrapé le niveau de la classe. » Elle parlait de mon voisin japonais et moi-même…Leçon 5 : Travaille dur et tu seras récompensée !

J’aime voyager parce que j’aime manger et j’ai bien dû prendre 5 kilos durant cette année d’étude. Je me souviens de nos petits déjeuner de xiaolongbao (petits raviolis à la vapeur) le matin très tôt dans une petite échoppe, à boire du lait de soja chaud et à tremper nos pains vapeur dans le vinaigre ; la bouillie de riz zhou, qui réchauffe en hiver avec les combinaisons multiples d’assortiments de légumes et viande pour l’accompagner. Mon préféré celui avec les œufs de cent ans ; les soirées de kaochuan où j’ai goûté aux brochettes de cœur de poulet, accompagnées par de la bière. Et la fameuse fondue chinoise huoguo qui me fait saliver à chaque fois que j’y pense. La variété des plats, et la diversité des types de cuisines selon les endroits de Chine n’arrêtent pas de m’étonner. Je me souviens avoir demandé une fois à un chauffeur de taxi quel était son plat préféré. Il est resté muet, sans comprendre ma question. La Chine doit sans doute avoir autant de plats qu’il y a de villages. J’ai voyagé aux quatre points cardinaux du pays, et je confirme. Leçon 6 : Si tu veux t’immerger dans la culture du pays, ouvre ton estomac à ses plats.

Après mon retour en juillet 2005, cela m’a pris quelques mois pour me réadapter à la lenteur suisse et aux habitudes « polies » des Helvètes. J’ai terminé mon mastère en sinologie, et suis repartie en Chine, en août 2007. Mais cette fois pour travailler. D’abord dans une compagnie de sport, puis comme enseignante de français et d’anglais dans une université près de Xiamen, puis à Pékin. Voulant renouer avec la Suisse, j’ai trouvé un stage à SwissCham, la Chambre de commerce Suisse-Chine, dans la capitale. Là, j’ai été embauchée trois mois plus tard comme responsable de la communication, et par la suite, j’ai pu évoluer rapidement jusqu’à diriger l’organisation après 4 ans. Je suis ensuite partie en Malaisie en mars 2013 pour un mandat à l’Ambassade de Suisse avant de rentrer au pays. Le retour était dur, rien à voir avec la dynamique asiatique. Après 12 mois de recherche, je travaille depuis octobre 2014 comme coordinatrice du réseau des alumni de l’Université de Lausanne. J’essaie de maintenir mon chinois en faisant un tandem avec une amie. Parallèlement, je fais une formation d’herboriste pour le plaisir. Et qui sait, peut-être qu’un jour je pourrais combiner le chinois avec ma passion pour les plantes médicinales… En tout cas je sais que je n’en ai pas terminé avec la Chine. Leçon 7 : Laisse-toi guidé par ton cœur, et ce qui doit arriver, arrivera.

À suivre…

Jeyanthy GEYMEIER

Mme Jeyanthy GEYMEIER née en 1980. Elle a étudié à l’Université de technologie de Dalian de 2004 à 2005. En 2007, elle a obtenu une Maîtrise en sinologie. Elle est coordinatrice du Réseau ALUMNIL , le réseau des diplômé-e-s de l'Université de Lausanne.



· 我和我的同桌健一(Kenichi)在大连

· Me and Kenichi, (my Janpanese neighbor) at Dalian

· Moi et Kenichi (mon voisin japonais) à Dalian

浏览次数: 】【打印】【关闭

Copyright © 2013 All Rights Reserved   中国驻瑞士大使馆教育处版权所有
Education Office of Embassy of PRC @ Bersetweg 6, CH-3073 Gümligen
京ICP备05064741号-12