首页
留瑞须知
留学登记
回国证明
国家公派
为国服务
瑞士高等教育
汉语教学
瑞士学联

教育处日常对外办公时间:

周一至周五
8:30-12:00 14:30-17:00

星期六、星期日及公共假期休息。

教育处地址:
Bersetweg 6 3073 Gümligen
大使馆地址:
Kalcheggweg 10, 3006 Bern

(国家公派留学人员办理报到手续,请打电话提前预约。)

 

  
  中华人民共和国教育部
  中华人民共和国科技部
  中国驻瑞大使馆
  国家留学基金委
  中国留学服务中心
  中国教育科研网
  神州学人
  中国教育网紧急响应组
  国家汉办
  人民日报海外版
  中国教育报
  swissinfo
  瑞士经济部职教司
  瑞士大学校长联席会议
  中国教育国际交流协会
 
 
  
  

 

【瑞士留华校友撰文(十五)】我的中国故事

2017-05-08

作者:欧洛衡

  我和中国的缘分始于2007年秋,父亲带着姐姐和我在曾经的“中央帝国”进行了一次为期10天的旅行。他的目的本是想让我们感受一种全新的文化,认识一个未来的超级大国。我们从北京出发,一路游历承德、西安、苏州,最后到达上海。和瑞士相比,这里一切事物的规模令我顿生敬畏:人口、楼房、摩托车、噪音等等。几乎所有的东西都比瑞士要大、宽、高、响、要拥挤上好几倍。

  从金山岭到司马台的五小时徒步之旅让我毕生难忘,这无疑是那次中国之旅最精彩的部分。我甚至从中学到了关于供求规律的宝贵一课——在长城上步行了数公里后,汗流浃背、口渴难耐的我终于找到了周围唯一的一家小店。我惊愕地发现,和长城下相比,这里的一瓶水已经涨了两倍!西安的兵马俑作为国家强大的历史象征,向我展现出中国文明的深厚根基。我在旅行途中还学会了一点中文,用来和餐馆里的服务员搭话或是拒绝街头小贩一遍遍的推销非常管用。总而言之,那次旅行既让我惊奇,又有些晕眩。我被这个国家吸引了。

  时间到了2010年读大学二年级时,我开始考虑到国外去度过本科阶段的最后一年。那时我正在和一个华裔女孩交往,为此还学习了一个学期的汉语。我前所未有地渴望着再次回到中国,于是申请了母校洛桑大学的海外交流项目。在众多可选的交流学校中,我选择了香港大学。港大是中国最具声誉的高等学府之一,它的经济与工商管理学院(Faculty of Business and Economics)设置了一系列范围广泛、内容有趣的课程,十分吸引人。

  就这样,2011年8月中旬的某一天,怀着十足的新鲜感,我提着行李抵达“芳香之港”,完全想象不出未来一年将要发生什么。从飞机上下来,空气的灼热和湿度当即给了我一个下马威。当我到达学校提供的住处——总高12层、可以容纳381名学生居住的伟伦堂时,已经浑身湿透。宿管热情地接待我,交给我824房间的钥匙,指明了电梯的方向。很快我发现,自己将在第一学期和一个澳大利亚人、第二学期和一个卢森堡人分别分享这间小小的宿舍。香港较为狭小的居住空间对我是一个挑战,不过也给了我融入当地学生圈子的机会。生活在香港这样一个国际化都市,作为外国人很容易就会局限在自己的小群体中,而我总是十分重视去感受和学习当地文化,抓住每一个机会认识新的香港朋友。

  和我在香港期间认识的许多人一样,我和两位舍友最后都变成了好朋友。我们一起经历了许多冒险,旅行足迹遍布香港、中国大陆和东南亚:骑摩托车穿越菲律宾,在上海购买私人定制衬衫(并且学会了讨价还价!),在泰国体验水肺潜水,被困在台湾的猫空山上以致于差点误了飞机……我们拼命玩,也拼命工作。为了赶作业或准备考试,我和舍友们常常挑灯夜战。事实上,这一年在港大的学习十分充实和紧迫,课业负担很重,需要共同完成的小组项目也非常多。

  2012年夏天,在顺利结束了港大的所有课程后,我回到瑞士,取得了管理学学士学位,随后又到苏黎世,继续攻读计量金融学研究生学位。在这期间,我和两个朋友一起创业,成立了一家叫做Monito的公司。这家公司通过比较不同的跨国汇款方式,致力于帮助人们——比如往家里寄钱的移民、将工资汇回国的海外劳工、给留学在外的孩子汇款的父母——找到最为经济、便捷和安全的汇款方式。

  2014年研究生毕业后,我开始了在Monito的全职工作。公司现在已经招聘了6位员工,全球范围内的网站用户达到了每月3万名。在中国的那一年对我的影响有多大,再怎么说也不为过。得益于此,我能够自如地适应多元文化的环境,变得更有自信、有志向,更善于开眼看世界,发现诸多可能和机会。当经历了这一切后,我能感觉到,自己和中国的故事还远远没有结束。

  欧洛衡

  1991年出生, 2011年至2012年在香港大学留学,现为 Monito公司联合创始人。

My China story

My relationship with China began in the autumn of 2007, when our father brought my sister and I on a 10-day trip throughout the Middle Kingdom. His goal was to open his children’s eyes to a culture radically different to their own, and help them discover a country which promised to become the next global superpower. Our journey began in Beijing, and continued onwards to Chengde, Xi’an, Suzhou, and finally Shanghai. I was awestricken by the difference in scale of everything around me compared to back home; the people, the buildings, the motorcycles and scooters, the noise, etc. Almost everything was several orders of magnitudes larger, longer, higher, louder, and denser than in Switzerland.

I will never forget the five-hour hike on the Great Wall from Jinshanling to Simatai, which was undoubtedly the highlight of the trip for me. I learned a valuable lesson on the law of supply and demand when I burst into the only shop on the wall for many kilometers around, sweaty and obviously desperate to quench my thirst, whereupon the price of a cold bottle of water had suddenly doubled! The Terracotta Army in Xi’an was a powerful token of the country’s past, and showed me how deep China’s roots extended. I even learned a few words of Mandarin Chinese, which I mainly used to compliment restaurant waiters on an enjoyable meal or to decline the insistent offers of street salesmen. Overall, the trip left me amazed and stupefied, in equal parts. I was hooked.

A few years later, in the midst of the second year of my Bachelor’s degree in 2010, I contemplated spending the last year of my undergraduate studies abroad. In the meantime, I had started a relationship with a young woman with Chinese origins, and had taken a one-semester language course in Mandarin. I was keener than ever to return to China, and applied to the exchange program of my alma mater, the University of Lausanne. Among the several Chinese universities available, I chose The University of Hong Kong (HKU). It was regarded as one of the most reputable academic institutions in the country, and its Faculty of Business and Economics offered a broad array of interesting courses.

I arrived in the “fragrant harbor” in the middle of August 2011, with little knowledge of what lay ahead. Upon disembarking from the plane, the searing heat and humidity were what struck me first. By the time I had reached my accommodation – the Wei Lun student hall, with its 12 residential floors accommodating 381 students – I was literally drenched with sweat. The receptionist welcomed me to the hall, gave me the keys to room 824, and pointed me towards the elevator. I found out that I would be sharing this small room with an Australian during the first academic semester and a Luxembourger the second. Living in such close quarters occasionally proved to be challenging, however it allowed me to interact with many of the local students. As a cosmopolitan city, Hong Kong made it all too easy to stay confined within the realms of the expatriate community, and I made it a point to soak up as much of the authentic local culture as I could, seizing every opportunity that presented itself to meet new Hong Kongers.

My hallmates, along with many other people I met during my year in Hong Kong, became some of the closest friends I have ever had. We lived through unforgettable experiences, discovering the city and travelling throughout China and South-East Asia. Our adventures included motorcycling through the Philippines, designing (and haggling for!) tailored shirts in Shanghai, scuba diving in Thailand, and getting stuck on Maokong mountain in Taiwan hours before a flight. We also worked hard, often burning the midnight oil together to meet deadlines or study for exams. In fact, my year abroad was a very intellectually stimulating experience for me, with most of my courses requiring me to submit an impressive amount of assignments and participate in group projects.

Having successfully finished all my courses in Hong Kong, I returned to Switzerland in the summer of 2012, where I was awarded my Bachelor’s degree in Management. I then pursued a Master’s degree in Quantitative Finance in Zurich, during which I founded a startup with two friends. The goal of our company Monito is to help people around the world find better ways to send money abroad, such as migrants remitting money to their family back home, cross-border workers repatriating their salary, or parents transferring money to their child studying abroad.

Since completing my studies in 2014, I have been working full time on Monito, which now employs 6 people and whose website is used by over 30’000 people around the world every month. It is hard to overstate the effect that my experiences with China had on me. They made me comfortable in multicultural environments, brought me confidence and ambition, and opened my eyes to a world of possibilities. But despite all that we have been through together, something tells me that my story with China is far from over.

Laurent OBERHOLZER

Laurent Oberholzer was born in 1991, he studied at University of Hong Kong from 2011 to 2012. Currently, he is the co-founder of Monito.

Mon histoire avec la Chine

Ma relation avec la Chine a commencé à l'automne 2007, quand notre père nous a emmenés, ma sœur et moi, en voyage pendant dix jours dans l'empire du Milieu. Son but était d'ouvrir les yeux de ses enfants sur une culture radicalement différente de la leur et de leur faire découvrir un pays qui montrait tous les signes qu'il deviendrait la prochaine superpuissance mondiale. Notre voyage commença à Beijing et continua vers Chengde, Xi'an, Suzhou et finalement Shanghai. J'étais stupéfait par la différence d'échelles de tout ce qui m’entourait, comparé à ce que nous connaissions : les gens, les bâtiments, les motos et scooters, le bruit, entre autres. Presque tout était beaucoup plus grand, plus long, plus haut, plus bruyant et plus dense qu'en Suisse.

Je n'oublierai jamais la randonnée de cinq heures sur la Grande Muraille de Jinshanling à Simatai, pour moi sans doute le point culminant du voyage. J'ai tiré une leçon importante quant à l'offre et à la demande, lors de mon irruption dans le seul petit magasin sur la Muraille à des kilomètres à la ronde, transpirant et prêt à tout pour étancher ma soif, après que le prix d'une bouteille d'eau fraîche a soudainement doublé ! L'armée de terre cuite à Xi'an était un symbole puissant de l'histoire du pays et m'a montré la profondeur des racines de la Chine. J'ai même appris quelques mots de mandarin, que j'utilisais en grande partie pour adresser des compliments aux serveurs lors d'un repas agréable ou à refuser les offres insistantes des vendeurs de rue. Dans l'ensemble, ce voyage m'a laissé ébloui et stupéfait. J'en ai été obsédé.

Quelques années plus tard, au milieu de ma deuxième année de licence en 2010, je comptais passer la dernière année de mes études à l'étranger. Entre temps, j’avais commencé une relation amoureuse avec une jeune femme d'origine chinoise et avais terminé un semestre d'études de mandarin. Plus que jamais, je tenais à retourner en Chine. J'ai alors postulé au programme d'échange de mon alma mater, l'Université de Lausanne. Parmi les universités chinoises disponibles, j'ai choisi l'Université de Hongkong. L'un des instituts académiques les plus réputés du pays, la Faculté de commerce et d’économie offrait un large éventail de cours intéressants.

Je suis arrivé au « port parfumé » à la mi-août 2011, sans grande connaissance de ce qui m'attendait. En débarquant de l'avion, la chaleur torride et l'humidité m'ont frappé de suite. Le temps d'arriver au logement - la résidence Wei Lun, avec ses 12 étages logeant 381 étudiants - j'étais couvert de sueur. La réceptionniste m'a accueilli à la résidence, m'a donné les clés de la chambre 824 et m'a indiqué l'ascenseur. J'ai découvert que j'allais partager cette petite chambre avec un Australien pendant le premier semestre et avec un Luxembourgeois durant le deuxième. Vivre ensemble dans un espace si étroit s'est avéré difficile, mais a permis de nombreuses interactions avec les étudiants locaux. Dans une grande ville cosmopolite comme Hongkong, il aurait été vraiment facile de rester confiné dans le royaume de la communauté expatriée, mais je me suis fait un devoir de m’imprégner d'autant de culture locale authentique que possible, saisissant chaque occasion qui se présentait de rencontrer les Hongkongais.

Je considère mes colocataires, avec beaucoup d'autres gens que j'ai rencontrés au cours de cette année à Hongkong, parmi les amis les plus proches que je n’ai jamais eus. Nous avons vécu des expériences inoubliables, découvrant la ville et parcourant la Chine et l'Asie du Sud-Est. Entre autres aventures, il y eut : un voyage en moto aux Philippines, la conception (et le marchandage des prix !) de chemises sur mesure à Shanghai, de la plongée en Thaïlande et de se trouver coincés à la montagne Maokong à Taiwan deux heures avant le départ d'un vol. Nous avons aussi travaillé dur, souvent très tard dans la nuit pour respecter un délai ou préparer les examens. En fait, mon année à l'étranger fut une expérience intellectuellement très stimulante, puisque la plupart des cours nécessitaient la présentation d'une quantité impressionnante de devoirs et la participation à des projets de groupe.

Ayant terminé avec succès tous mes cours à Hongkong, je suis retourné en Suisse à l'été 2012 pour obtenir ma licence en management. J'ai poursuivi ensuite un mastère en finance quantitative à Zurich, au cours duquel j'ai cofondé une start-up avec deux amis. Le but de notre compagnie Monito est d'assister les gens dans le monde entier à trouver de meilleures façons d'envoyer leur argent à l'étranger ; par exemple, les migrants qui acheminent de l'argent à la famille au pays, les travailleurs frontaliers qui rapatrient leur salaire ou les parents qui transfèrent de l'argent aux enfants qui étudient à l'étranger.

Depuis la fin de mes études en 2014, je travaille à plein temps pour Monito, qui emploie 6 personnes et dont le site web est utilisé par plus de 30’000 personnes chaque mois dans le monde entier. Il est difficile d'exagérer l'effet produit sur moi par mes expériences en Chine. Elles m'ont rendu à l'aise dans les environnements multiculturels, m'ont fourni confiance et ambition, et m'ont ouvert les yeux sur un monde de possibles. Mais malgré tout ce que nous avons traversé ensemble, quelque chose me dit que mon histoire avec la Chine est loin d'être terminée...

Laurent OBERHOLZER

M. Laurent OBERHOLZER est né en 1991. Il a fait ses études à l’Université de Hongkong de 2011 à 2012. Il est co-fondateur de la société Monito.

浏览次数: 】【打印】【关闭

Copyright © 2013 All Rights Reserved   中国驻瑞士大使馆教育处版权所有
Education Office of Embassy of PRC @ Bersetweg 6, CH-3073 Gümligen
京ICP备05064741号-12