首页
留瑞须知
留学登记
回国证明
国家公派
为国服务
瑞士高等教育
汉语教学
瑞士学联

教育处日常对外办公时间:

周一至周五
8:30-12:00 14:30-17:00

星期六、星期日及公共假期休息。

教育处地址:
Bersetweg 6 3073 Gümligen
大使馆地址:
Kalcheggweg 10, 3006 Bern

(国家公派留学人员办理报到手续,请打电话提前预约。)

 

  
  中华人民共和国教育部
  中华人民共和国科技部
  中国驻瑞大使馆
  国家留学基金委
  中国留学服务中心
  中国教育科研网
  神州学人
  中国教育网紧急响应组
  国家汉办
  人民日报海外版
  中国教育报
  swissinfo
  瑞士经济部职教司
  瑞士大学校长联席会议
  中国教育国际交流协会
 
 
  
  

 

【瑞士留华校友撰文(十七)】我在开封的一年

2017-05-17

作者:于连

  我曾经在日内瓦学习中文,大三毕业之后我决定去中国交流一年,并且获得了中国政府奖学金。我没有选择去北京或者上海这样的大城市的院校,而是去了位于河南省开封市这样一个“小城市”(人口四十八万)的河南大学。这里的优点是很少有外国留学生来。

  开封大学成立于1912年,是中国历史最悠久的几所大学之一。最古老的几座建筑融合了中国和西方的建筑风格。中门从来都不打开,用于通行的两个侧门(一个入口,一个出口)都有人严格把守。如果有人想从出口进去可就要小心了,因为保安会想办法,想尽一切办法,阻止他。严格按照规定执行非常重要。此外,为了外国留学生的安全,学校采取了不少措施:检查房间,监控录像,确认何人何时与谁出入宿舍。每天23点到6点熄灯,节假日则是22点到7点。宿管人员会经常提醒我们关于安全的规章制度。

  教室位于宿舍楼正对面。只须穿过一个走廊我们就能坐在课桌前,开始新的一个上午的认真学习。有四种课程:作文、阅读、听力和语法,每种课程都由不同的老师教授,每个老师的风格都各不相同。

  下午是自由活动。最初学校给我们安排的是一些让我们更好地认识中国文化的活动:音乐、绘画、武术等。但是大部分同学都不感兴趣,这些课程便不幸地被取消了。于是下午我们有足够的时间学习,一次又一次地参观城市。我非常乐意在一个有丰富历史遗产的城市生活一段时间。开封是北宋时期(960-1127年)帝国的首都。这一时期以其先进的技术、发达的哲学和艺术而闻名。现在的开封城还保留了一些这一时期的建筑,比如位于学校后面的“铁塔”。有不少工程项目致力于最大程度地还原古代时期的城市风貌:商铺、旅馆和饭店都是仿古建筑,有着飞檐、雕梁画栋、宝塔和灯笼。当然这一切都不是完全真格儿的,木头和砖块都被水泥替代了。但是一旦涂上油漆,完全可以乱真。一些公园也是仿古的,里面有很多身着古代服饰与人合影的演员。开封还有不少佛教、道教寺院和儒家庙堂,另外还有清真寺,甚至有一个犹太教堂,因为这里有一个规模不大的信奉犹太教的汉族群体。

  我最喜欢的时间是晚上。商贩们摆出了他们的摊子,卖很多好吃的:烧烤、包子、火锅、面条和开封的特产小笼包子(一种羊肉馅的包子),非常好吃。

  夜色降临,整个城市都热闹起来,尤其是公园里。这儿有一群练武术的人,那儿有一群随着流行音乐跳广场舞的大妈,再远一点儿的地方有一个人在闻声而来的观众面前唱几段京剧片段。在这儿碰到一个自娱自乐扯着嗓子唱歌的人似乎是件很正常的事情。还有很多棋牌游戏桌:人们聚精会神地玩儿着扑克牌、象棋和麻将,似乎他们的生命都倾注在里面。不过我不能逗留太久,因为学校23点关门。

  在这一年中,学校组织了两次远足。一次是去以武术著称的嵩山少林寺,一次是去洛阳参观白马寺和著名的龙门石窟。

  我碰到了一些学习莫里哀的语言的中国人,不过河南大学主要流行的是英语和俄语。我能认识他们是因为我当了两次老师,向他们介绍瑞士和法语国家与地区。我觉得我讲的一些内容让他们很吃惊,比如法语在世界上的重要性,瑞士有四种不同的官方语言等。他们学习法语的目的主要是为了去法国企业工作。有一些人想去法国,还有一个女同学甚至想去阿尔及利亚。

  慢慢地我们习惯了中国的生活。这里的反差总是让人惊讶,比如城乡差距,比如象征共产主义的国旗在大商场边飘扬。我的母亲在1982年曾到过中国,我能想象和那时相比发生的变化!我很想知道这里老一辈人的想法。他们经历了共产党领导的中国的成立,经历了封闭动荡和改革开放,现在他们看到的是热衷于网络随时都在看手机的年轻一代。在这里,我们得习惯和商贩们讨价还价。因为开封的外国人很少,我经常遇到各个年龄段的人指着我喊“老外老外”。

  作为瑞士人我马上就获得了中国人的好感,他们总是会和我聊巧克力、钟表、银行,老年人还会提到瑞士早在1950年就承认了中华人民共和国。

  同样地,我和中国朋友的聊天总是让我很长见识。每个人会介绍关于自己国家的情况,有时候还会问很有趣的问题,比如“你喜欢吃瑞士餐还是中餐?”有时候更敏感一些,“什么是人权?”

  总的来说这一年我发现了很多新东西,并且由于能够每天在日常生活中练习,我的中文进步很大。回到瑞士后,我在散步的时候不再听见别人喊我“老外”,世界的这一头却缺少了些许居民的微笑和友好。

  于连

  1990年出生, 2014年在河南大学留学, 现为纳沙泰尔大学博物馆学硕士研究生。

A year in Kaifeng

Since I was studying Chinese in Geneva, and thanks to a bursary from the Chinese Embassy, I decided to go to China for a year after my third year. Rather than head for a big city like Beijing or Shanghai, I opted for the University of Henan in the ‘small’ town of Kaifeng (4.8 million inhabitants) in Henan Province, which isn’t often visited by foreign students.

The university was founded in 1912, which makes it one of the oldest in China. The oldest buildings provide a blend of Chinese and Western architecture. The main gate is never opened and the two doors either side are strictly controlled. One is for entering, the other for leaving. Woe betide anyone who tries to enter through the exit, the security guards will stop at nothing, and I mean nothing, to stop them; strict adherence to rules is very important. Moreover, because of particular worries about the safety of foreign students, several security measures are in place: room searches, surveillance cameras, checks on anyone entering or leaving the dormitory, who they are with and what they are carrying. A curfew is declared from 11pm to 6am, and 10pm to 7am during the holidays; and the administrator doesn’t hesitate to remind us regularly of the security rules.

The classrooms are right opposite the dormitories. Just one corridor to cross and you are sat at your desk ready for another morning of lessons. There are four types of lesson: dissertation, reading, listening and grammar, each given by a different teacher with their own individual style.

The afternoons are free. In the beginning, the university offered activities to help us learn about Chinese culture - music, painting, martial arts - but since most people weren’t interested, these were cancelled. This meant that there was enough time in the afternoons to study and visit the city again and again. Living in a city with such a rich historic heritage is very interesting. Kaifeng was in fact the imperial capital during the Northern Song Dynasty (960-1127), an era known for technological, philosophical and artistic advances; and there are still some buildings which date from this era, such as the ‘Iron Pagoda’, right next to campus. Several large sites are devoted to recreating as far as possible what the city must have looked like in former times: shops, hotels and restaurants are built in the ‘old’ style, with curved roofs, ornate beams, pagodas, lanterns. Of course, everything is completely artificial, concrete having replaced wood and brick. Once painted, it’s a perfect ‘trompe-l’oeil’. Several parks employ actors in traditional costumes to recreate a feeling of the past. Finally, Kaifeng has several Buddhist, Taoist and Confucianist temples, as well as mosques and even a synagogue, as there is a small Han Jewish community in the city.

My favourite time of day is the evening, with illuminated market stalls offering a whole host of things to eat: kebabs, stuffed breads, Mongolian stews, noodles, as well as the city speciality: xiaolong baozi (mutton-stuffed dumplings), which are absolutely delicious.

As night falls the city wakes up. In the parks there’s a group practising martial arts, women rehearsing a dance to some popular music; further away a man is singing arias from the Beijing Opera in front of an ad hoc audience. Coming across people singing their heads off, just for pleasure, is completely normal. There are tables with various games: cards, Chinese chess and mah-jong where players concentrate as if their lives depended on it. But you can’t hang around too long, as the gates close at 11pm.

The university organised two excursions for us that year. The first was to the Shaolin monastery on Mount Song, famous for its martial arts. The second was to Luoyang to visit the Temple of the White Horse and the famous carved Longmen Caves.

I met some Chinese who were studying the language of Molière, though English and Russian were most popular at the University of Henan. I met them while playing at teaching a couple of times, telling them about Switzerland and the French-speaking world. I think they were surprised to discover the importance of the French language in the world, and that Switzerland has four distinct languages. If they study French, it's mostly to be able to deal with French businesses. A few would like to visit France and one student even wanted to travel to Algeria.

Little by little you get used to the Chinese way of life, which never ceases to amaze with its contrasts, such as those between the town and the countryside and the way communist flags flap proudly next to big chain stores. When I imagine my mother coming to China in 1982 – what changes there have been! I wonder what the older generation think, those who remember the establishment of Communist China, the decline before it opened up, and who now see the new generation hyper-connected, permanently glued to their smartphones. I had to get used to the art of bargaining, which is so dear to the shopkeepers, and since there are so few foreigners I get people of all ages pointing at me, shouting ‘Laowai! (Foreigner!)’

Being Swiss automatically endears me to the Chinese, who inevitably talk about chocolate, watches, banks, and, for older people, the recognition by Switzerland of the People’s Republic in 1950.

Similarly, conversations with my Chinese friends are enriching, with each of us sharing information about our country, sometimes with amusing questions: ‘Do you prefer Chinese or Swiss food?', and sometimes trickier ones: ‘what does Humanitarian Law mean?’.

Overall, that year was full of discoveries, and, my goodness, my Chinese improved, thanks to practice in everyday life. Since my return, even if I do appreciate being able to go for a walk without hearing laowai all the time, the smiles and kindness of the people are seriously lacking in this corner of the world.

Julien Ménabréaz

Julien Ménabréaz was born in 1990. He studied at He’nan University in 2014. He is a master Student in Museum Studies at the University of Neuchâtel.

Un an à Kaifeng

Étant étudiant à Genève en langue chinoise, je me décide à partir une année en Chine après ma troisième année universitaire, grâce à une bourse de l’ambassade de Chine. Plutôt que pour un établissement situé dans une grande ville comme Pékin ou Shanghai, j’opte pour l’Université du Henan dans la « petite » ville de Kaifeng (4,8 millions d’habitants) située dans la province du Henan, qui a l’avantage d’être peu fréquenté par des étudiants étrangers.

L’université a été fondée en 1912, ce qui en fait une des plus anciennes de Chine. Les plus vieux bâtiments offrent une synthèse de style architectural chinois et occidental. Le portail central n’est jamais ouvert, on ajoutera à cela que les accès aux deux portes qui l’encadrent sont strictement contrôlés. L’une sert pour entrer, l’autre pour sortir. Gare à celui qui voudrait entrer par la porte de sortie, les agents de sécurité présents feront tout, absolument tout, pour l’en empêcher, le respect strict du règlement est très important. D’ailleurs, par souci de sécurité pour les étudiants étrangers plusieurs mesures sont mises en place : fouille des chambres, caméras de surveillance, vérification de qui entre et sort du dortoir avec qui ou quoi. Le couvre-feu est imposé de 23h à 6h et de 22h à 7h durant les congés ; enfin l’administrateur n’hésite pas à nous rappeler régulièrement les règles de sécurité.

Les salles de classe se trouvent juste en face des dortoirs. Une simple galerie à franchir et l’on est déjà assis à son pupitre prêt pour une nouvelle matinée studieuse. Il y a quatre types de cours : dissertation, lecture, écoute et grammaire, chacun donné par un enseignant différent, avec un style différent.

L’après-midi est libre. Au début, l’université nous proposait des activités pour nous faire découvrir la culture chinoise : musique, peinture, arts martiaux, mais devant le désintérêt de la majorité, ces cours furent malheureusement annulés. Du coup les après-midi offraient suffisamment de temps pour étudier et visiter encore et encore la ville. Le fait de vivre dans une ville au riche patrimoine historique m’intéresse. Kaifeng fut en effet capitale impériale sous la dynastie des Song du Nord (960-1127), une époque connue pour ses avancées technologiques, philosophiques et artistiques ; elle possède encore quelques bâtiments de cette époque, comme la « pagode de fer », située juste derrière le campus. Plusieurs grands chantiers s’emploient également à restituer au mieux l’aspect que devait avoir cette ville autrefois : magasins, hôtels et restaurants sont construits dans le style « ancien », avec toits recourbés, poutres ornées, pagodes, lampions. Le tout bien sûr de manière totalement artificielle, le béton ayant remplacé le bois et la brique. Une fois recouvert de peinture, c’est un parfait trompe-l’œil. Plusieurs parcs rappellent aussi cette époque avec de nombreux figurants en tenues d’époque. Enfin, Kaifeng possède plusieurs temples bouddhistes, taoïstes, confucianistes et, en plus, des mosquées et même une synagogue puisque cette ville possède une petite communauté juive d’ethnie han.

Le soir est mon moment préféré, les étals des marchands s’illuminent et proposent une foule de choses à manger : brochettes, pains farcis, marmites mongoles, nouilles ainsi que la spécialité de la ville : le xiaolong baozi (raviolis farcis au mouton), un vrai régal.

A la nuit tombée la ville s’anime, dans les parcs ; ici un groupe s’entraîne aux arts martiaux, là des femmes répètent une chorégraphie sur une musique à la mode, plus loin un homme chante des airs de l’opéra de Pékin devant un public improvisé. Ici, croiser une personne qui chante à tue-tête, pour le plaisir semble tout à fait normal. Des tables de divers jeux : cartes, échecs chinois et mah-jong sur lesquels les joueurs semblent se concentrer comme si leur vie en dépendait. Cependant il ne faut pas trop traîner vu que les portes se ferment à 23h.

Durant l’année, l’université nous a organisé deux excursions. La première fut au monastère Shaolin sur le mont Song, célèbre pour les arts martiaux. La seconde pour aller à Luoyang visiter le temple du Cheval blanc et les célèbres falaises sculptées de Longmen.

J’ai pu rencontrer des Chinois qui apprennent la langue de Molière mais il faut dire qu’à l’Université du Henan, ce sont l’anglais et le russe qui ont du succès. J’ai pu en rencontrer en jouant deux fois le professeur, leur présentant la Suisse et la francophonie. Je pense les avoir assez surpris en leur faisant découvrir l’importance de la langue française dans le monde, mais aussi que la Suisse possède 4 langues distinctes. S’ils étudient le français, c’est avant tout pour travailler avec des entreprises françaises. Quelques-uns souhaitent partir en France, et une étudiante désire même aller en Algérie.

Gentiment, on s’habitue à la vie chinoise, qui ne cesse de surprendre par ses contrastes, comme celui entre la ville et la campagne, et où les drapeaux communistes claquent fièrement à côté de grandes chaînes de magasin. Quand je pense que ma mère s’est rendue en Chine 1982, que de changements depuis lors ! Je me demande aussi ce que pensent les vieilles générations, celles qui ont connu la fondation de la Chine communiste, le repli avant l’ouverture et qui maintenant voient les nouvelles générations hyper connectées, pratiquement toujours vissées à leurs smartphones. On doit s’habituer à l’art du marchandage si cher aux commerçants et comme il y a très peu d’étrangers en ville, on entend des gens, toutes générations confondues, me montrer du doigt en criant 老外老外 ! (laowai=étranger).

Le fait d’être Suisse attire immédiatement la sympathie des Chinois, qui nous parlent inévitablement du chocolat, des montres, des banques et pour les plus anciens de la reconnaissance de la République populaire par la Suisse en 1950.

De même, les conversations avec mes amis chinois sont très enrichissantes, chacun donnant à l’autre des informations sur son pays, avec parfois des questions amusantes « tu préfères manger suisse ou chinois ? » et des fois plus délicates « que signifie droit humanitaire ? ».

Dans l’ensemble cette année fut riche en découvertes, et ma foi mon chinois s’est amélioré, grâce à sa pratique dans la vie de tous les jours. Si depuis mon retour j’apprécie de pouvoir me balader sans entendre laowai à tout bout de champ, en revanche le sourire et la gentillesse des habitants font gravement défaut de ce côté-ci du monde.

Julien MÉNABRÉAZ

M. Julien MÉNABRÉAZ est né en 1990. Au bénéfice d’une bourse du Gouvernement chinois, il a étudié à l’Université du Henan, à Kaifeng, en 2014. Il est étudiant de mastère en étude muséale à l'Université de Neuchâtel.

浏览次数: 】【打印】【关闭

Copyright © 2013 All Rights Reserved   中国驻瑞士大使馆教育处版权所有
Education Office of Embassy of PRC @ Bersetweg 6, CH-3073 Gümligen
京ICP备05064741号-12